Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 18:27

La-Fille-qui-ne-croyait-pas-aux-miracles-1.jpg

 

 

Auteur : Wendy Wunder

Éditeur : Hachette Jeunesse (Collection Black Moon)

Prix : 16 €

Résumé :

 

Cam ne croit pas aux miracles. Ni au paradis, ni en Dieu.

Mais pas à la magie non plus.

Elle sait qu'elle est malade. Condamnée. Fin du débat.

Elle établit alors la liste des choses qu'elle veut faire avant de mourir :

- Perdre ma virginité pendant une fête de lycéens bien arrosée.

- Me faire briser le coeur par un sale type.

- Me morfondre misérablement, pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier.

- Faire tomber une vache qui dort debout.

- Détruire les rêves de ma petite soeur.

- Commettre des vols à l'étalage minables.

 

Il paraît que le simple fait d'avoir écrit ces voeux les déclenchera. Seulement Cam n'est pas du genre à attendre que le destin se décide. Elle préfère le bousculer et se débrouiller toute seule pour les réaliser.

En aura-t-elle le temps ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Avec un tel résumé, je savais que ce livre allait être plein d'émotions.

Je ne m'attendais quand même pas à un récit si complexe avec autant de nuances.

J'ai découvert une histoire d'une douceur extraordinaire, contenant néanmoins assez de puissance pour me couper le souffle pendant certains passages.

 

Malgré tout le bien que je pense de ce bouquin, et tous les sentiments qu'il a éveillé en moi, cette chronique sera assez courte.

Tout simplement car il y a des surprises à chaque page, des découvertes dans chaque chapitre. Et vous connaissez ma politique anti-spoilers, maintenant.

Mais je peux quand même vous dire quelques petites choses :

Cam est un personnage vraiment extrêmement agréable à suivre, car très facile à comprendre, malgré les barrières qu'elle érige autour d'elle.

L'empathie que l'en ressent pour elle est très forte et quasi immédiate. La jeune fille donne le ton tout de suite, et on comprend aisément que sa tonne de sarcasme et son air continuellement blasé ne sont que des ramparts et des protections, aussi bien pour elle que pour les autres.

Après tout, comment réagireriez-vous si vous saviez que vous mourrez jeune ? Comment réussir à vivre normalement chaque jour ? Comment s'attacher aux gens, et les laisser s'attacher à vous ?

On est confronté à beaucoup de questions de ce genre, et leurs réponses m'ont beaucoup plues, touchées et même amusées.

Les personnages gravitant autour d'elle ont également tous quelque chose à apporter, et je les ai tous trouvé réellement très attachants.

Que ce soit la petite soeur voulant faire la fête, se comportant comme une miss popularité mais possédant un très grand coeur, la mère excentrique pas toujours très débrouillarde mais qui ne veut que le bonheur de ses enfants, ou la meilleure amie dans le même état de santé, qui comprend Cam mais veut vivre les choses autrement qu'elle.

On a une brochette de protagonistes incroyablement touchants, qui ont tous su susciter chez moi des sentiments variés. Aucun ne m'a laissé indifférente.

 

C'est poignant sans jamais versé dans le patho, des dialogues plein d'humour acide qui fait mouche, des sujets délicats abordés sans détours sans pour autant que ça soit choquant ou moralisateur, des émotions se dévoilant avec un naturel déconcertant et rafraîchissant, un ton tout en simplicité qui fait toute l'efficacité de ce titre qui va droit au coeur.

Si vous cherchez un drame contemporain, dégageant à la fois force et douceur, où vous voulez rire et pleurer, vous interroger mais également vous laissé porter par un léger vent d'espoir et de magie, alors ce livre est définitivement pour vous.

Je ne peux que le conseiller, j'ai fait un magnifique voyage avec lui.

 

Mille mercis à Hachette Jeunesse pour cette aventure entre claque et délicatesse.

partenariat-LA

 

D'autres avis chez Liliebook, Lire ou Mourir, Alys, Alittlematterwhatever et Ethernya.

 

Commandez La fille qui ne croyait pas aux miracles

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 17:59

http://sphotos-e.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/1010270_534143116635673_1223100997_n.jpg

 

 

Auteur : Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont (Collection R)

Prix : 17,90 €

Résumé :

 

Alice King, 16 ans, part avec sa classe pour un séjour en Écosse. Elle ne s'attendait pas à des vacances de rêve, mais jamais elle elle n'aurait pu imaginer la tournure cauchemardesque que vont prendre les événements.

La jeune fille et sa meilleure amie Cass se retrouvent à devoir partager un chalet avec Polly, l’asociale de service, Rae, la gothique bipolaire, et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres à longueur de journée.

Mais Cass compte bien profiter de cette semaine au vert pour donner à Tara une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier. Avec l’aide de ses camarades de chambrée.

Le vent a tourné pour la reine du lycée. L’heure de la revanche a sonné …

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Après Confusion, la Collection R nous revient avec un nouveau titre choc de Cat Clarke.

Dans celui-ci, l'adolescence n'a rien de doré, et ses problèmes sont autrement plus graves que ceux de garçons ou de garde-robes.

L'auteur nous entraîne encore une fois dans un drame à la tension suffocante où la fin reste incertaine jusqu'au dernier paragraphe.

 

Je ne vais même pas vous parler du début du livre car, à mon énorme plaisir, le quatrième de couverture ne dévoile RIEN de l'intrigue.

Sachez juste que l'on va rencontrer quatre adolescentes qui vont devoir vivre avec les conséquences terribles de leur acte. Tout n'étais parti que d'une blague ...

Le récit se concentre sur Alice, jeune fille somme toute normale, sans trop de problèmes, elle a une meilleure amie, un papa poule depuis le décès de sa mère, et elle flashe sur un garçon un peu plus jeune qu'elle.

Son quotidien presque banal se voit chamboulé à jamais et elle se retrouve hantée par ce qu'elle a fait, commençant même à craindre pour sa santé mentale.

Elles ont juré toutes les quatre de garder le secret, mais comment continuer à vivre normalement quand on croit devenir folle à cause de la culpabilité ?

Elle aimerait tant se soulager de ce poids qui l'écrase de toutes parts, mais les choses ne deviendraient pas pires si tout le monde savait ce qu'il s'est passé ?

 

Je ne me serais jamais attendue à tomber sur une histoire si sombre et si moralement pesante.

Alice vit une véritable descente aux enfers, et le pire, c'est que l'écriture de l'auteur la rend absolument fascinante.

Impossible de décrocher une fois que l'on a commencé ce bouquin, c'est une obsession, il FAUT que l'on sache ce qu'il s'est passé et ce qu'Alice va faire.

C'est un récit qui prend à la gorge, qui noue le ventre et donne des sueurs froides. C'est absolument incroyable d'avoir une histoire d'ados totalement crédibles dans leurs conversations, leurs pensées et leurs actions, qui cache en elle une sorte de thriller psychologique on ne peut plus adulte et dur.

Chaque chapitre réserve son lots de surprises macabres, et cette lecture fut aussi stressante qu'émouvante. Il m'est d'ailleurs arrivé de vivre de sacrés changements d'émotions, parcourant avec plaisir et détente tout un passage qui me faisait sourire, pour passer à l'épouvante et aux larmes. En une seule phrase. Une toute petite phrase qui fait tout basculer.

 

Ma chronique est assez courte, elle ferait sûrement le double si je vous parlais de ce qu'il se passe réellement, mais bon. Je préfère vous donner envie en mettant l'accent sur la richesse de l'histoire, la façon incroyablement bluffante et stressante dont le scénario est développé, et sur les personnages tantôt attachants, tantôt détestables qui parsèment ces pages.

Cat Clarke nous offre ici encore un livre qui marque les esprits et qui emmène son lecteur dans une histoire où l'adolescence vole en éclats sanglants.

Un titre époustouflant qui m'a angoissée du début à la fin et qui m'a laissée tout simplement pantelante, en état de choc.

 

Mille mercis à la Collection R pour cette véritable perle.

313668 201249833289112 196087323805363 432024 1020967011 n

 

D'autres avis chez Alittlematterwhatever, Amadis, MyaRosa, Mélo, Mycoton32 et Mutinelle.

 

Commandez Cruelles

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 19:38

le-faire-ou-mourir.jpg

 

Auteur : Claire-Lise Marguier

Éditeur : Le Rouergue

Prix : 9,70 €

Résumé :

 

Vus de l'extérieur, ils faisaient plutôt peur, ceux de la bande à Sammy, avec leurs coupes de cheveux étranges, leurs vêtements noirs, leurs piercings ...

Mais le jour où les skateurs s'en sont pris au nouveau du collège, Dam, avec son physique de frite molle, c'est Sammy qui s'est interposé et lui a sauvé la mise.

Et c'est comme ça qu'ils se sont rencontrés, et que l'histoire a commencé. Sammy a essuyé le sang qui coulait de la tempe de Dam, avec sa manche noire.

C'était la première fois qu'on le touchait avec autant de douceur ...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Depuis sa sortie, au vu du nombre incroyable d'avis plus que positifs, je crevais d'envie de le lire. Une fois que je l'ai eu entre les mains, il ne m'a pas fallut plus de 2-3h pour l'engloutir.

Alors, oui, cette chronique sera courte, non seulement car il n'y a pas beaucoup de pages (103) mais aussi car il m'a touché d'une façon presque intime, et que j'aurais du mal à en parler pendant de gros paragraphes.

 

Dam a du mal avec sa famille. Sa mère qui ne dit quasi jamais rien, sa grande soeur qui réussit en tout et se moque tout le temps de lui, et son père qui le rabaisse constamment.

Quand il fait la connaissance de Sammy et de sa bande, tous emo/gothiques, il rencontre des gens à la sensibilité à fleur de peau, tactiles, à qui il est facile de parler, d'échanger, de s'ouvrir. Il y trouve une autre famille, une famille qui l'accepte en entier et qui l'aime. Une famille qu'il a choisi.

Alors qu'il a l'impression que sa vie ne pourrait qu'aller mieux avec eux, elle en devient presque pire. Les insultes à la maison pleuvent, ainsi que les interdictions et punitions.

Dans ce quotidien fait de nuances de noir, y a t'il encore une façon pour Dam de mettre des couleurs dans sa vie ?

 

J'ai mis du temps à me décider à écrire un avis sur cette lecture, ne sachant pas vraiment comment en parler. Et puis, surtout, ce livre a remué beaucoup de choses en moi, et ce fut aussi bon que douloureux. Je ne savais pas si j'avais vraiment envie de retourner tout ça avec une chronique.

Malgré sa toute petite taille, c'est un récit d'une puissance hallucinante, qui arrive, en très peu de pages, à nous submerger de sentiments nombreux, variés et forts.

On aborde ici des sujets très difficiles, et même si tout le monde n'a pas forcément le même parcours que Dam, je pense qu'on a quasi tous ressentis, au moins pendant notre adolescence (ô douce période de la vie), certaines des émotions qui l'assaillent.

Il y en a beaucoup qui sont délicates à décrire, et pourtant, l'auteur réussit le tour de force de nous les transmettre avec une précision bluffante, souvent en étant brutale, en plongeant dans le vif.

Ça prend au coeur, aux tripes.

J'ai pleuré à certains passages. Fort. Sans retenue. Parce que c'était d'une tristesse suffocante ou parce que c'était un bonheur salvateur.

Il n'y a pas vraiment d'équilibre, pas de pincettes. Tout est brut de décoffrage, et ça nous heurte la poitrine avec la force d'un 3 tonnes.

 

La narration se fait à la première personne, comme dans un journal intime, d'ailleurs on a parfois l'impression que Damien nous parle, à certains moments du récit, comme pour nous prendre à témoin.

Il y a énormément de crédibilité dans l'écriture de Claire-Lise Marguier, et on a réellement l'impression de lire le journal d'un adolescent en proie à des émotions fortes.

C'est écrit quasi d'une traite, sans beaucoup de paragraphes et sans dissociations de personnages dans les conversations.

J'ai trouvé que cette écriture forçait une empathie absolument hallucinante chez le lecteur. On n'a pas d'autres choix que de prendre les sentiments de Damien en pleine face et de les ressentir avec force.

Franchement bien joué, et je ne peux qu'applaudir le talent de l'auteur.

 

Je ne m'étendrais pas plus, mais sachez que c'est un des livres les plus vibrant et émouvant qu'il m'ait été donné de lire, et je ne peux que vous le conseiller, à tout le monde, adulte, adolescent, enfant ou parent. C'est une véritable révélation et on ressort de cette lecture changé, chamboulé.

Accrochez-vous, et ressentez. Tout.

 

D'autres avis chez Radicale, Endorphinage, Poison, Candyshy et Aube.

 

Commandez Le faire ou mourir

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 22:49

9782070647965.jpg

 

 

Auteur : Isabelle Pandazopoulos

Éditeur : Gallimard Jeunesse (Collection Scripto)

Prix : 9,50 €

Résumé :

 

En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente éléve de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

En commençant ce titre, je m'attendais à un récit complètement dramatique, du genre que l'on lit en sachant que l'on va pleurer, vous voyez ?

J'ai eu la surprise de tomber sur un livre tout en nuances, beaucoup plus subtil que ça.

 

Pas besoin d'ajouter quoi que ce soit au quatrième de couverture, qui est parfait, à mon avis.

Le sujet, ici, est donc le déni de grossesse. C'est quelque chose dont j'avais déjà un peu entendu parler, mais au fond, je n'en connaissais que les grandes lignes.

Ici, Louise accouche dans les toilettes de son lycée. Aucun signe avant-coureur, pas de prise de poids significative, elle avait continué à avoir ses règles et, pire encore, elle n'avait jamais eu de rapport sexuel avec quiconque ...

Comment cela peut-il être possible ?

Pour la jeune fille, c'est une véritable descente aux enfers qui commence, entre incompréhension, questions sans réponses, un changement de vie radical, et son entourage qui ne la croit pas et ne sait pas comment agir avec elle.

Elle sera confrontée à mille et une choses en même temps, que ce soit de la part de sa famille, de ses amis, et même d'elle-même et, surtout, de ce bébé. Pas voulu, pas préparé, totalement inconnu.

C'est un être qui est né d'elle sans demander la permission, sans s'annoncer.

Plus que le déni de grossesse en lui-même, on est face ici à un non-désir d'être mère. Comment accepter ce bébé comme étant son enfant alors qu'elle n'est qu'une adolescente et ne savait même pas qu'il grandissait en elle ?

Nous suivons à ces côtés ce douloureux processus de découverte de soi, de l'autre, et quels sont tous les aspects de sa vie et de son être vont être touchés, dévastés, détruits. Pourra t-elle les reconstruire ? Et comment ?

 

J'ai aimé la narration, qui n'est pas uniquement du point de vue de Louise. On a les paroles, les pensées, les actes de certains de ses amis, de membres de sa famille, de psychologues, médecins, assistants sociaux, etc ...

Cela permet de connaître réellement tous les tenants et aboutissants de ce genre de situation. Ça lève le voile sur pas mal de questions, sur beaucoup de faits qui ne sont pas beaucoup abordés, souvent inconnus.

Ici, pas de tabou, pas de langue de bois. On nous dévoile tout, mais avec une certaine pudeur, une belle retenue, tout en respect dans un objectif de compréhension et d'ouverture d'esprit.

J'ai beaucoup apprécié le fait que le livre ne se veut ni juge, ni moralisateur. Il observe, il raconte, il explique. C'est tout, et c'est très bien comme ça.

Sans vous la dévoiler, j'ai également aimé la fin, qui n'est pas tombée dans la facilité et qui est pleine de réalisme.

 

C'est une lecture vraiment agréable, qui aborde un sujet délicat et qui le traite avec beaucoup de justesse, sans jamais tomber dans le mélodrame à deux balles.

Les émotions, bien que fortes et poignantes, sont développée avec beaucoup de douceur, et l'ambiance général du livre est du même acabit. C'est doux, délicat, subtil tout en étant franc, direct et sans détours.

C'est un bel équilibre et je félicite l'auteur d'avoir réussi à l'installer et le garder jusqu'à la fin. Ça ne doit pas être évident d'écrire ce genre de bouquin, et elle l'a fait avec talent.

Au fond, c'est un titre qui intrigue et attire avec son thème particulier, et qui surprend par son développement et la façon dont il est abordé.

La collection Scripto montre encore qu'elle aime sortir des sentiers battus, et proposer toujours plus de sujets variés et très forts à ses jeunes lecteurs.

 

Trouvez ce titre chez votre libraire dès le 31 janvier 2013.

 

Mille mercis à Gallimard Jeunesse pour cette jolie découverte.

photo 73494333 small 1

 

D'autres avis chez Lireplaisir, Metyuro, 100choses et Freelfe.

 

Commandez La décision

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 18:42

Nos-etoiles-contraires.jpg

 

 

Auteur : John Green

Éditeur : Nathan

Prix : 16,50 €

Résumé :

 

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Attention, lecture boule dans la gorge et coeur serré en perspective.

 

Ma curiosité avait été incroyablement attisée par les éloges que John Green recevait d'un peu partout sur le net, et je suis tombée amoureuse de sa plume avec le Théorème des Katherine.

Quand j'avais commencé à entendre parler de ce dernier titre, qui récoltait encore plus d'avis passionnés, je n'en pouvais plus d'attendre de le voir débarquer en version française.

Nathan a écouté les prières des fans (en prenant l'excellente initiative de nous offrir la même couverture), et dès qu'il est arrivé chez moi, je me suis confortablement installée et j'ai laissé la magie opérer.

Quelques heures plus tard, j'étais en larmes, mais heureuse.

 

Ce qui m'a le plus séduite, dès le début, c'est Hazel. Cette jeune fille caustique et cynique, avec son ton désabusé et sa vision froide et réaliste du cancer sont, en fait, le principal élément d'humour mêlée de philosophie du livre.

Elle ne mâche pas ses mots, est très intelligente, possède un humour noir sans failles, aime autant les beaux livres et la poésie que les émissions de télé-réalité débiles.

Pour elle, il n'y a aucun courage à vivre avec un cancer, on essaye juste de continuer à se lever tous les matins pendant que le corps tombe en ruines.

C'est un énorme plaisir que de suivre ce récit porté par ses mots à elle.

Qui plus est, les personnes l'entourant sont toutes aussi géniales à découvrir qu'elle. Entre la mère qui s'occupe de tout et l'inonde d'amour et de bonnes intentions (souvent quand Hazel en a marre), le père trop émotif mais adorable, l'ami de thérapie tout aussi cynique, et même Patrick, l'animateur des sessions, m'a été sympathique et m'a laissé une chouette impression.

Ils ont tous quelque chose à apporter, parfois un simple détail qui va augmenter la richesse de l'histoire. Chacun y appose sa marque, aussi petite soit-elle, elle n'en reste pas moins visible et donc, importante.

 

Et puis il y a Augustus, jeune homme en rémission, véritable tornade de motivation, de bonne humeur et de projets qui va souffler un vent de perspectives, de peurs et d'envies dans la vie d'Hazel.

Comment laisser entrer quelqu'un dans son quotidien quand on sait qu'il peut s'achever d'un jour à l'autre ?

Tout en sourires narquois, en citations mémorables et en attentions riches en significations, il est impossible de ne pas craquer pour lui, et on n'attend qu'une chose, que la jeune fille en fasse autant.

C'est une relation merveilleuse qui se tisse sous nos yeux, toute en nuances, elle est exubérante et et discrète, puissante et fragile, elle hurle autant qu'elle murmure.

Elle est la découverte de soi et la découverte de l'autre. La découverte de la vie et de ce qu'elle peut apporter, même quand on n'attend plus rien de celle-ci.

 

Cette histoire m'a réellement transportée, elle est absolument formidable, dans tous ses aspects.

Les personnages sont incroyablement attachants et c'est un énorme plaisir de faire un bout de chemin avec eux. Le scénario est beau, bien ficelé, réserve son lot de surprises et est d'un réalisme douloureux. Les dialogues sont tout simplement savoureux, on reconnaît l'amour de John Green pour les mots et les échanges riches.

Il y a un parfait équilibre entre la tristesse, la douleur, et tout ce qui est moche et effrayant avec la maladie, avec la beauté, la poésie, l'humour et la superbe philosophie que dégage ce livre.

L'auteur ne nous épargne rien, est franc et parfois brutal. Mais c'est pour mieux nous ouvrir à la réalité du quotidien et de la pensées de ces jeunes malades, et pour nous permettre d'entrevoir qu'il y a quand même de la vie, de l'amitié, des découvertes, de l'amour.

Après tout, c'est dans le noir le plus complet que la plus petite source de lumière est la plus brillante.

C'est l'effet que m'a fait ce roman. Comme je l'ai dis au début, je l'ai terminé en pleurs, mais heureuse.

Un mélange d'émotions qui prend aux tripes, qui vous laisse pantelant mais gorgé d'amour et d'espoir, de merveilleuses images plein la tête et le coeur.

 

Voilà un titre que je ne peux que conseiller très chaleureusement au plus grand nombre. Ça fait mal, mais vous allez voir, c'est incroyablement bon.

Courrez dévaliser votre libraire dès le 21 février 2013 !

 

Mille merci à Nathan pour ce roman bouleversant, d'une qualité indéniable et d'une richesse émotionnelle rare.

logo nathan

 

D'autres avis chez Lyra Sullyvan, Bookenfolie, Erako, Crunches, Chookette et Emyline.

 

Commandez Nos étoiles contraires

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 15:08

confusion-cat-clarke-couverture.jpg

 

 

Auteur : Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont (Collection R)

Prix : 17,90 €

Résumé :

 

Grace, 17 ans, se réveille enfermée dans une mystérieuse pièce sans fenêtres, avec une table, des stylos et des feuilles vierges. Pourquoi est-elle là ? Et quel est ce beau jeune homme qui la retient prisonnière ? Elle n'en a aucune idée. Mais à mesure qu'elle couche sur papier les méandres de sa vie, Grace est frappée de plein fouet par les vagues de souvenirs enfouis au plus profond d'elle-même.

Il y a cet amour sans espoir qu'elle voue à Nat, et la lente dégradation de sa relation avec sa meilleure amie Sal. Mais Grace le sent, quelque chose manque encore.

Quelque chose qu'elle se cache.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Wow ...

Typiquement le genre de livre que j'adore, qui me fout une grosse claque et qui laisse des traces.

Malgré ça, ma chronique risque d'être moins longue que pour d'autres coups de coeur, car je vais essayer d'en dévoiler le moins possible. J'ai trouvé ce titre tellement bourrés de mystères et de surprises, que ça me dégoûterais de vous en dévoiler sans le faire exprès.

 

Le résumé est bien assez attirant et évasif (même si j'aurais effacé l'allusion à Nat, par exemple), je n'ai pas besoin de revenir dessus.

Sachez juste, donc, qu'on découvre Grace alors qu'elle s'éveille dans une pièce blanche, sans savoir où elle est ni pourquoi. Pour tuer l'ennui, elle noircira jour après jour les feuilles mises à sa disposition sur une table.

À travers son récit, nous apprendrons petit à petit à la connaître, et ses souvenirs vont doucement refaire surface.

Au fond, elle est sûrement la seule à savoir pourquoi elle est enfermée ...

J'étais assez sceptique, au début, concernant Grace. Elle ne me paraissait pas spécialement sympathique, et était presque un gros cliché sur pattes : elle sortait dans des soirées où elle buvait trop, finissait par coucher avec un inconnu, rentrait chez elle pour engueuler sa mère et parler ragots avec sa meilleure amie, toutes les deux étant des sortes d'emo-punk qui se sentent forcément différentes des autres jeunes de leur âge.

Cela dit, petit à petit, je trouvais que tout ça fonctionnait du tonnerre, que tout compte fait, elle et son amie, Sal, pouvaient être autre chose, quelque chose de plus.

Elles se sont dévoilées plus travaillées, plus profondes que ça, et c'était avec un enchantement non feint que j'en découvrais toujours plus sur ces jeunes filles.

 

Il faut savoir que j'aime les "drames d'ados", comme Thirteen, de Catherine Hardwicke. Du coup, j'ai été servie ici, et j'ai dévoré goulûment ce bouquin.

Car avant tout, je pense que c'est une histoire de descente aux enfers autant que celle d'une quête d'identité.

On pourra dire ce qu'on veut, l'adolescence, c'est moche. C'est dur, c'est intense, c'est douloureux, c'est en même temps une explosion de couleurs et des énormes passages de ténèbres.

On retrouve parfaitement ici cette dualité, ces contradictions incroyables et épuisantes.

Ce qui m'a absolument fascinée dès le début, c'est le nombre de questions que l'on se pose dès les premières pages. Bien entendu, pour commencer : Où est-elle ? Et pourquoi est-elle là ?

Mais au fil des chapitres, on s'en pose de plus en plus, on a des doutes, des éléments de réponses, des pièces d'un puzzle un peu lugubre que l'on essaye de mettre dans le bon ordre.

Quand on croit toucher du doigt la solution d'un mystère, celui-ci devient flou et un autre fait doucement son apparition, pour mieux nous happer dans une spirale infernale et intense, en même temps que l'héroïne.

Les conclusions arrivent elles aussi doucement, pour se faire de plus en plus pressentes pour au final nous sauter au visage dans un final totalement époustouflant.

 

C'est une histoire qui m'a prise aux tripes, autant par ses sujets abordés (adolescence tumultueuse, sexe, addictions, trahison, auto-mutilation, problèmes familiaux, ...) que par la façon dont ils le sont.

Cat Clarke écrit avec une franchise totalement désarmante, et ne passe jamais par quatre chemins pour parler de quelque chose. Elle met les pieds dans le plat, n'hésite pas à, parfois, utiliser un langage plus cru et grossier, met ses personnages dans des situations brutales, profondément blessantes. Et elle fait tout ça avec une facilité incroyable.

Et à côté de ça, je sentais une certaine douceur dans sa plume, quelque chose de délicat et fragile, un peu à l'image de ses personnages, peut-être.

En tout cas, j'ai été hyper émue par son style, tantôt aussi percutant et douloureux qu'une lame en plein coeur, tantôt apaisant et doux comme une caresse.

Je ne demande qu'à lire d'autres titres de cette auteur, si ils sont aussi bons que Confusion, ça sent un nouvel écrivain chouchou !

 

Confusion est un titre d'une beauté rare, où celle-ci illumine d'autant plus qu'elle est cachée dans une histoire d'une noirceur oppressante.

C'est un coup de coeur un peu triste, qui m'a fait pleurer et m'a presque blessée par moments, tellement certaines scènes sont dures. Mais ça ne l'empêche pas de briller par sa force et par l'intensité des émotions qu'il dégage.

Je le conseille à ceux qui veulent lire "autre chose", qui veulent être secouer par une lecture un peu choc, mais d'une indéniable qualité.

 

Mille mercis à la Collection R pour cette incroyable moment de lecture.

313668 201249833289112 196087323805363 432024 1020967011 n

 

D'autres avis chez Ilnyak1pas, Aveline, Alittlematterwhatever, Rose Book, Mycoton32, Galleane, Melisende, Liliebook, Mutinelle et Bookenfolie.

 

Commandez Confusion

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Drame
commenter cet article

C'est Moi Que V'là

  • : Les mots d'Archessia
  • Les mots d'Archessia
  • : Chaque lecture, qu'elle soit livresque, BD-esque, manga-esque ou autres mots avec esque derrière, a droit à un avis avec plein de mes émotions dedans. Avec de vrais morceaux de tripes (miam), de larmes et de fous-rires.
  • Contact

Suivez moi

logo-facebook.jpg

 

http://www.wikio.fr

Fouillez Dans Le Blog

Mes défis

Vous me trouverez là

logo4

http://www.libfly.com/public/images/logo-libflybis.gif

Wikio - Top des blogs - Littérature

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Archessia sur Hellocoton

Mes fournisseurs de rêves

56547434.jpg

monde manga akata

Bayard-Jeunesse1

Editions-Mango.jpg

JC-Lattes

partenariat-LA.jpg

logo martiniereJfiction (1)

milady

167393 158310624217059 158310477550407 304906 621801 n

Logo.jpeg

logo_nathan.jpg

logo-plon.gif

226582 200723769971150 195864473790413 530993 1388427 n

313668_201249833289112_196087323805363_432024_1020967011_n.jpg

174866 112915142131742 6678647 n

Logo-Albin-Michel-Wiz.jpg

 

Trions Tout Ça

 

 

bonial – prospectus et catalogues des magasins à proximité pour moins de co2