Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 22:33

9782361930455.jpg

 

 

 

Auteur : Mary Hooper

Editeur : Les Grandes Personnes

Prix : 17,50 €

Résumé :

 

Londres, 1861. Grace Parkes, presque 16 ans, embarque à bord de l’express funéraire Necropolis, en direction du cimetière de Brockwood, pour y dire adieu à un être cher.Elle fera là-bas une rencontre décisive en la personne de Mr et Mrs Unwin, entrepreneurs de pompes funèbres, qui lui proposent de devenir pleureuse d’enterrement.D’abord réticente, la jeune fille finit par accepter leur offre, et doit faire face aux manigances de cette famille peu scrupuleuse, prête à tout pour s'emparer d'un mystérieux héritage.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Grace et sa soeur Lily sont orphelines. Après que leur mère soit décédée quelques années auparavant, elles ont dû apprendre à se débrouiller seules dans la dure pauvreté de Londres. Bien qu'étant la cadette, Grace doit s'occuper de sa soeur, celle-ci étant un peu simple d'esprit.

Après un séjours à l'orphelinat, qui s'est horriblement mal passé à cause d'un homme venu visiter leur lit, Grace est tombée enceinte, sans savoir quoi faire. Comment affronter ce genre de situation, seule, quand on a 15 ans ?

C'est presque un soulagement quand elle apprend de la sage-femme que l'enfant n'a pas survécu, mais la peine est belle et bien là, alors qu'elle emporte son petit paquet contre son coeur pour lui offrir un enterrement le plus décent possible.

A son retour, le malheur semble les suivre, et elles affrontent déceptions et duretés de la vie avec la plus grande dignité et le plus grand courage.

Malheureusement, ces deux nobles qualités ne sont pas suffisantes pour survivre, et il faudra bien que Grace trouve une solution et ravale sa fierté, ne fut-ce que pour sa soeur. La place de pleureuse qu'on lui a proposé devient de plus en plus tentante.

Mais comment aurait-elle pu savoir que cette famille avait bien d'autres projets pour sa soeur et elle ?

Y a t'il vraiment une lueur au bout du tunnel pour ces deux jeunes filles ? Ou doivent-elles se résigner à un sombre avenir ?

 

Encore une magnifique lecture, j'adore quand elles s'enchaînent comme ça.

Ici, nous sommes directement plongé dans le Londres victorien, mais sans le côté glamour de cette époque. En effet, l'auteur nous entraîne dans les quartiers pauvres, et nous montre la vie de ces personnes, leur façon de survivre au quotidien, les astuces pour manger, pour se faire un petit peu d'argent, pour réussir à se tenir au chaud quand l'hiver approche ...

C'est très intéressant, en plus d'être formidablement écrit. Ce que j'ai aimé, c'est qu'à aucun moment on ne tombe dans le mélodrame, ce qui fait que, bien que le ton soit triste, mélancolique et teinté de gris, on dévore quand même le livre avec passion, en étant fasciné par ce qui arrive aux deux soeurs.

Le ton est presque dur, en fait, assez froid même. On assiste assez platement aux évènements, ce qui nous permet du coup de nous détacher un minimum et de ne pas être submergé par le chagrin lors de cette lecture.

J'ai aimé les contrastes ressentis pendant cette lecture, car bien que, justement, on arrive à prendre du recul par rapport aux évènements tragiques, on est néanmoins très attaché à Grace et Lily, tout en éprouvant toute la haine du monde pour les personnes leur voulant du mal.

 

J'ai trouvé Grace, surtout, particulièrement attachante.

Elle a une force et un courage qu'on ne peut que respecter, et sa capacité à faire preuve de dignité même dans les moments les plus durs peut vraiment servir de leçon.

J'ai adoré suivre le quotidien de ces soeurs, bien qu'absolument tragique. Il y a de l'espoir dans chaque page, et même quand on a l'impression qu'elles vont toucher le fond, on ne peut s'empêcher de prier pour un lendemain meilleur.

Rien n'est jamais vraiment perdu, les portes ne sont pas complètement fermées. La lumière est toujours présente dans l'obscurité, même faiblement.

C'est cette note d'espoir qui nous est accordée qui est tout simplement délicieuse, et qui nous réchauffe le coeur, même au plus profond du smog dans lequel est plongé le récit. 

 

Ce livre est vraiment magnifique, et va conquérir des lecteurs de tout âge de par le sujet qu'il traite, par ses personnages extraordinaire et son intrigue simple mais magnifiquement menée. J'ai été séduite, par l'ambiance et la saveur de l'histoire, douce-amer, toute en contrastes. Une aventure humaine qui laissera une trace dans le coeur du lecteur.

 

Encore une superbe découverte grâce aux éditions Les Grandes Personnes, mille mercis à eux !

 

les-grandes-personnes

 

challenge-jeunesse-1

 

Découvrez un autre avis chez Matilda.

 

Commandez Waterloo Necropolis

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Historique
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 17:36

ruta-sepetys-ce-quils-nont-pas-pu-nous-prendre.jpg

 

 

Auteur : Ruta Sepetys

Editeur : Gallimard Jeunesse (Collection Scripto)

Prix : 14 €

Résumé :

 

Une nuit de juin 1941, Lina, quinze ans, sa mère, Elena et son petit frère, Jonas, dix ans sont brutalement arrêtés par la police secrète soviétique. Au bout d’un voyage épouvantable de six semaines, presque sans eau et sans nourriture, entassés dans des wagons à bestiaux, ils débarquent au fin fond de la Sibérie, dans un camp de travail soviétique. Logés dans des huttes, sous alimentés, brutalisés, les déportés tentent de survivre et de garder espoir. Dans le kolkhoze, le travail de la terre est éreintant. Mais malgré la mort, la maladie, le froid, la faim et la terreur, Lina tient bon, soutenue par une mère exemplaire, son amour pour un jeune déporté de dix-sept ans, Andrius, et portée par sa volonté de témoigner au nom de tous et de transmettre un signe de vie à son père (condamné à mort dans un autre camp) grâce à son art du dessin et à l’écriture.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Ils l'ont arrêtée en chemise de nuit.

Cette nuit où tout a basculé, voilà la première pensée qui a choqué Lina, 15 ans, Lituanienne, quand la police soviétique a débarquée chez elle pour les prendre, elle, son frère Jonas de 10 ans, et sa mère, Elena.

Elle sera la première d'une liste presque interminable de chocs pour la jeune fille.

Que se passe t-il réellement ? Où les emmènent-on ? Pourquoi eux et pas certains voisins ?

Ce n'est que le début des questionnements, des doutes, des peurs, des indignations, des souffrances.

Séparée de son père, elle vivra un enfer sans nom aux côtés de sa mère et son frère, mais également de tout un groupe dans le même état qu'eux.

Entassés dans un wagon à bestiaux pour un voyage dont ils ignorent la destination ou la durée, les liens qui vont se tisser entre ces personnes seront-ils suffisant pour leur donner la force à tous de garder la tête haute et de résister à tout ce que leur feront subir les soviétiques ?

Comment peut-on vivre quand on se demande tout les matins qui sera le prochain à mourir aujourd'hui ?

Voici le récit d'une fille de 15 ans dans l'enfer des déportations.

 

Pfiou ...

Bon, rien qu'en écrivant ce résumé, j'avais les larmes aux yeux en pensant à cette lecture.

Beaucoup de qualificatifs forts pourraient convenir pour en parler, comme intense, poignant, bouleversant ou inoubliable.

Je l'ai déjà dis dans de précédentes chroniques, je n'aime pas l'histoire. Je suis la première que ça ennuie, car j'ai l'impression de passer à côté de pleins d'évènements importants à notre culture.

J'avais donc peur, en commençant ce livre, de ne pas vraiment m'y retrouver, d'être perdue et de me sentir un peu larguée. Car, soyons honnête, franchement, la deuxième guerre mondiale, désolée, mais je n'y connais rien, à part les très grandes lignes et quelques noms vaguement connus.

Donc, pour rassurer ceux qui seraient dans le même cas que moi : ça n'a aucune importance !

Non seulement car ce titre est essentiellement axé sur l'émotionnel, mais également car, quand un minimum d'information est nécessaire, des explications sont subtilement insérées dans le récit, de manière fluide et discrète.

Idéal donc !

 

Le ton est donné dès les premières lignes : ce que vous allez lire va être poignant et dur, rien ne vous sera épargné.

Rien n'est censuré ou édulcoré, et certains passages sont parfois vraiment éprouvants à lire, j'avoue sans honte avoir pleuré plusieurs fois, tellement je percevais certains moments comme un véritable coup douloureux au coeur.

Mais cette dureté dans le ton est, je pense, sa plus grande qualité, car il évite au récit entier de tomber dans le mélodrame, le larmoiement gratuit, du genre sortez les violons.

Non, ici, tout nous est exposé sans fard, la cruauté, l'égoïsme, la torture, la mort, le désespoir, ...

Du coup, les moindres émotions positives sont exacerbées également, grâce à la formidable plume de l'auteur.

Espoir, amitié, amour, solidarité, ... la moindre joie est décuplée, et colle un énorme sourire sur notre visage. On a envie d'y croire en même temps que les personnages, que c'est possible qu'ils s'en sortent, que ça ne peut pas terminer mal.

Pouvez-vous seulement imaginer, par exemple, le bonheur renversant de prendre une douche après plusieurs semaines à stagner dans la crasse, entouré de plusieurs dizaines de personnes dans le même état, couverts de poux ? Non, personne ne peut se l'imaginer. Et pourtant, Ruta Sepetys arrive à nous faire ressentir cette ivresse, cette joie indescriptible, comme si on avait également traversé ces épreuves.

Je trouve que c'est un énorme talent, et cette écriture rend ce livre d'autant plus vibrant et incroyable.

 

Lina fait partie de ces personnages que l'on oublie pas de sitôt, qui fait preuve d'énormément de courage et de détermination dans l'adversité.

Sa passion, le dessin, l'aidera à garder la tête hors de l'eau, à se fixer des buts, à s'échapper quelques fois.

Mais la personne qui m'a le plus marquée dans cette histoire, c'est sa mère, Elena.

Cette femme aura su rester digne jusqu'au bout, et bien que traversant les même épreuves que les autres personnes l'entourant, elle n'aura comme seule obsession de tout faire pour ses enfants et pour aider un maximum les gens autour d'elle.

Une grandeur d'âme époustouflante qui ne peut que forcer le respect, elle a dégagé, pour moi, une beauté comme rarement je n'en avais vue dans un livre.

 

Je terminerais en vous laissant une citation, figurant dans le mot de l'auteur à la fin de l'ouvrage. C'est la première fois que je le fais, mais pour moi elle résume parfaitement la teneur du récit, et met en avant l'espoir et la force de ces milliers de gens qui ont subis le pire, et qui pourtant, ont su garder fierté et amour.

 

"La guerre, en  général, se caractérise par des opérations militaires. Mais pour les peuples baltes, cette guerre était essentiellement d'ordre idéologique. En 1991, après cinquante ans d'occupation, les trois pays baltes ont retrouvé leur indépendance et, avec elle, la paix et la dignité. Ils ont préféré l'espoir à la haine et montré au monde qu'une lumière veille toujours au fond de la nuit la plus noire. S'il vous plaît, réfléchissez à cela. Parlez-en autour de vous. Ces trois minuscules nations ont appris au monde qu'il n'est pas de plus puissante arme que l'amour. Quelle que soit la nature de cet amour - qui peut aller jusqu'à pardonner à ses ennemis -, il nous révèle la force miraculeuse de l'esprit humain."

 

Un énorme merci à Gallimard Jeunesse pour cette lecture qui est devenue, en l'espace de quelques heures, un très gros coup de coeur pour moi.

Vous trouverez ce bijou en librairie à partir de ce 13 octobre.

 

photo 73494333 small 1

 

Retrouvez d'autres avis chez Liliebook, Mélo, Paikanne, ilnyak1pas et Juliah.

 

challenge-jeunesse-1

 

Commandez Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Historique
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 15:51

Lady-R.jpg

 

 

Auteur : Henri Courtade

Editeur : Les Nouveaux Auteurs

Prix : 19,90 €

Résumé :

 

En l'an de grâce 1194, Lady Rowena de Windermere, agent de Sa Majesté Richard Coeur de Lion a pour mission de dérober aux Templiers des documents hérétiques menaçant la paix en Occident. De Venise à l'Ecosse, en passant par l'Aquitaine d'Aliénor, Rowena dévoilera un terrible secret qui fera basculer sa vie et celle de tous ceux qui croiseront sa route. Dans un monde où les trahisons et les complots sont la règle, l'amour sera-t-il assez fort pour la sauver des griffes de la mort ? Pourchassée sans relâche par des ennemis de l'ombre, à qui pourra-t-elle accorder sa confiance ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

J'avoue avoir d'abord été séduite par la magnifique couverture (elle est encore plus belle en vrai <3 ), et comme le résumé était tout aussi alléchant, je n'ai pas hésité longtemps avant de le faire intégrer ma PAL.

 

Rowena est une espionne à la solde du roi Richard Coeur de Lion, et sa dernière mission est de récupérer des documents secrets qui contiendraient la clé pour faire basculer le monde dans une toute autre ère.

Accompagné de son meilleur ami, Caméléon, maître en déguisements, et de son fiancé Wilhiam, elle va devoir affronter d'énormes intrigues d'états, mais également son passé, qui lui était jusque-là inconnu.

Au programme : trahisons, amour, découvertes, chagrins, mystères et aventures.

Il va falloir du courage et de la détermination à Rowena pour affronter tout ce qui se prépare ...

 

Je n'ai entendu que de bons échos sur ce titre, c'était donc presque fébrile que je l'ai commencé, mais un peu inquiète également, qu'il ne réponde pas à mes attentes.

Du coup, j'en sors un peu mitigée, très contente du voyage que j'ai fait à ses côtés, mais un peu déçue car je m'attendais à "plus".

Haaa ... ça m'apprendra à me faire mousser toute seule avant même d'avoir lu le livre 

 

Ce que j'ai aimé, c'est que j'en ai eu plein les mirettes !

On a ici un récit extrêmement riche, que ce soit au niveau de l'intrigue ou des personnages, tout est incroyablement bien travaillé et le rendu est franchement très savoureux.

D'ailleurs, au niveau des personnages, je pense qu'il y en a vraiment pour tout les goûts, chacun pourra trouvé son favoris, et il est facile de se rapprocher ou de s'identifier à l'un ou l'autre.

Rowena est l'archétype même de l'héroïne belle, forte et courageuse. Elle a également un passé qui lui est presque inconnu (ses parents sont morts quand elle était enfant et n'en a aucun souvenir) et sa vie actuelle est semée d'embûches.

Mais loin de tomber dans les clichés, on a sous les yeux une jeune femme pleine de fougue et de passion, sachant faire preuve de patience et de raison, à laquelle on ne peut que s'attacher.

Surtout que l'auteur n'hésite pas à la malmener réellement, et certains scènes ont été assez dures à lire, de par leur cruauté. On se sent vraiment plus proche de Rowena de chapitre en chapitre.

J'ai également beaucoup aimé Caméléon, qui s'avère au final plus complexe qu'il n'y paraît, et donc bien plus intéressant !

La relation qui unis ces deux-là est joliment développée, et c'était un vrai plaisir de suivre les aléas de celle-ci.

J'ai également adoré Agnès, mine de rien. J'aime le fait que ce soit son passé qui l'ai conditionné à être ce qu'elle est. On sent qu'il n'en faudrait pas beaucoup pour qu'elle se détache de cette carapace.

Un développement plus poussé dans le tome 2, peut-être ?

 

Bien que n'étant pas du tout une amatrice d'histoire (les dates et autres évènements historiques, ce n'est vraiment pas mon truc), je dois dire que ce livre se lit très facilement et rend le moindre élément historique accessible et attractif.

Henri Courtade se plaît à jouer avec l'histoire, comme faire se rencontrer des personnages connus (j'ai tout simplement a-do-ré le fait de rencontrer un certain Robin ...).

Moi qui suis une vraie buse en histoire, j'avais un grand sourire quand je reconnaissais un clin d'oeil historique, ou un personnage connu.

C'était vraiment très agréable, comme une façon ludique de s'instruire, presque 

 

Là où j'ai été un peu déçue, c'est que, après un démarrage en fanfarre, j'ai trouvé que le rythme s'essoufflait un peu vers la moitié du roman.

En même temps, je peux comprendre qu'il ne soit vraiment pas facile de maintenir une histoire 100% haletante sur 600 pages. Ca aurait peut-être intéressant de le découper en deux tomes, je ne sais pas.

Quoi qu'il en soit, il y a tout un passage qui a un peu cassé ma lecture, et j'avais un peu de mal par moments à digérer toutes les informations, bien que l'écriture reste claire du début à la fin.

Un trop plein de détails peut-être, ou le fait que j'avais un peu l'impression que ça partait dans tout les sens, je n'arrivais pas vraiment à me fixer à proprement parler sur le récit. Un peu trop long, un peu trop d'éléments différents.

Heureusement, pour les 100 dernières pages, le rythme repart de plus belle et on a droit à un florilège de révélations, de réponses à nos questions, d'épreuves à surmonter, ...

Le tout à un goût d'aube nouvelle qui se lève, et c'est une vraie bouffée d'air frais, d'espoir et de bonheur.

 

Lady R. n'est pas un coup de coeur, mais il s'avère être quand même une bonne lecture dépaysante nous présentant des personnages hauts en couleurs et terriblement attachants, aussi bien du côté des gentils que des méchants.

Pour moi, c'est ça le véritable point fort du livre.

 

D'autres avis chez Heclea, Le bonsai, Ilnyakunpas, Wilhelmina et Mivava.

 

Commandez Lady R.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Historique
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 10:30

http://accel6.mettre-put-idata.over-blog.com/303x500/1/35/13/57/fevrier09/Couverture-La-Part-de-l-autre.jpg

 

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Editeur : Le Livre de Poche

Prix : 6,95€

Résumé :

 

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé.
Que se serait-il passé si l’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ?
Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Pendant ma lecture, j'avais exprimé à plusieurs personnes mon désarois face à ce livre.
J'hésitais à dire qu'il était génial, ou tout bonnement pas plaisant à lire.
Maintenant que j'ai fini ma lecture, je pense avoir mis mes idées au clair.

 

Ce livre est un mélange entre la biographie et une uchronie d'Hitler.

Ce changement, le fait d'avoir pris un chemin plutôt qu'un autre est arrivé à l'Ecole de Beaux-Arts de Vienne. C'est là que tout commence, c'est là que ce jeune homme qu'est Adolf Hit ler va entrevoir ce qu'il sera, dans le "bon" sens comme le "mauvais".

La moitié biographique du livre, je l'ai adoré.
On apprend à connaître Hitler, qui il était, ce qu'il a fait, quels étaient ses modes de penser et d'actions.
Tout celà pour nous conduire vers un des plus grand tyran que le monde ai connu.
Je me suis surprise à comprendre ce personnage, comprendre sa frustration, sa solitude, sa rage.
Mais comprendre ne veux pas dire pardonner.
Ce fut un incroyable salaud, et il le restera dans mon esprit.
Mais j'ai trouvé très intéressant et assez fascinant la façon dont Monsieur Schmitt nous conte son évolution.

 

On ne nait pas "mauvais", ce sont les choix que l'on fait, les personnes qui nous entourent, les aléas de la vie qui font que nous allons plutôt nous diriger vers une route ou une autre.

 

Je vais passer maintenant à ce que je n'ai pas aimé. Du tout.
La partie uchronie de Hitler. Appelé Adolf H. pour faire une différence assez nette avec Hitler.
Je veux bien que ça soit purement imaginé, le problème c'est que je crois que l'auteur s'est un peu trop emporté dans son imagination.
Genre "Ho! Et en fait, on dirait qu'à ce moment là il lui arrive ça! Et après il rencontre Untel! Formidable!".

 

Bon, d'accord, j'exagère un peu.
Mais je l'ai trouvé vraiment TROP romancé, et pas crédible du tout.
En fait, j'aurais simplement du lire une biographie d'Hitler! 
Non mais je reconnais que M. Schmitt écrit très bien et que son style est très agréable à lire.
Ce n'est ni lourd, ni chargé et il y a juste assez de description.

 

Donc, pour résumer, je suis vraiment mitigée par cette lecture, que j'ai trouvé un peu longue sur la fin, mais ça ne m'a pas empêché de passer de bons moments et d'en apprendre beaucoup sur la vie d'Hitler et sur le déroulement de la seconde guerre mondiale.

Repost 0
Published by Archessia - dans Historique
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 10:49

http://3a.img.v4.skyrock.net/3a3/archessia/pics/2816485572_1.jpg

 

Auteur : Markus Zusak
Editeur : Oh! Editions
Prix : 19,90€
Résumé :

Quand la mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter.
Une histoire étrange et émouvante où il est question :
* d'une fillette
* des mots
* d'un accordéoniste
* d'Allemands fanatiques
* d'un boxeur juif
* de vols

Traduit en 20 langues, le best-seller 2007.


~~~~~~~~~~~~~~~

Voici le parfait exemple de livre dont il est impossible de rester indifférent pendant sa lecture.
Dès le début, le ton est donné : le narrateur ici, c'est la mort.
Elle va nous raconter une histoire dont elle se souvient, une histoire qui l'a marquée, malgré ces millénaires passés à récolter les âmes.

L'histoire de Liesel, petite fille atterrissant dans une famille adoptive en Allemagne Nazie, peu de temps avant le début de la seconde guerre mondiale.

Nous allons apprendre à la connaître petit à petit, avec sa nouvelle maman, qui possède un coeur bien dissimulé sous plusieurs couches d'agressivité verbale et physique.
Son nouveau papa, qui lui apprend à lire, qui lui fait des clins d'oeil et qui lui joue de l'accordéon.
Son nouvel ami, qui a choqué tant de familles en ayant pour idole un sportif noir.
Sa nouvelle rue, qui va changer sa vie pour toujours en lui apportant ses plus grandes émotions, ses premières expériences, ses plus beaux sourires et ses larmes les plus emplies de désespoir.

Le style narratif unique nous emporte dans cette rue, on apprend à connaître ses habitants, à les aimer ou les détester.
La mort nous montre cette histoire de son point de vue, avec des notes insérés entre certaines paragraphes, des dessins, des ressentis, des explications.

C'est un livre qui touche, qui émeut, on rit et on pleure à chaque chapitre, qui sont comme des pas nous conduisant vers sa conclusion, même si dès le début nous savons comment certains personnages vont finir, le narrateur nous explique que le plus important, c'est comment tout celà s'est déroulé avant d'en arriver à ces conclusions.

Pour résumer, ce livre m'a vraiment touchée, m'a tenu la main pour me montrer la vie de plusieurs personnes si différentes et pourtant si proches dans l'horreur de l'attente de la guerre.
Mais, avant d'être un livre sur la guerre, c'est d'abord un livre sur les mots, sur ce qu'ils nous apportent, et sur ceux qui les aiment, qui les font vivre.
Un récit boulversant de beauté.

Repost 0
Published by Archessia - dans Historique
commenter cet article

C'est Moi Que V'là

  • : Les mots d'Archessia
  • Les mots d'Archessia
  • : Chaque lecture, qu'elle soit livresque, BD-esque, manga-esque ou autres mots avec esque derrière, a droit à un avis avec plein de mes émotions dedans. Avec de vrais morceaux de tripes (miam), de larmes et de fous-rires.
  • Contact

Suivez moi

logo-facebook.jpg

 

http://www.wikio.fr

Fouillez Dans Le Blog

Mes défis

Vous me trouverez là

logo4

http://www.libfly.com/public/images/logo-libflybis.gif

Wikio - Top des blogs - Littérature

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Archessia sur Hellocoton

Mes fournisseurs de rêves

56547434.jpg

monde manga akata

Bayard-Jeunesse1

Editions-Mango.jpg

JC-Lattes

partenariat-LA.jpg

logo martiniereJfiction (1)

milady

167393 158310624217059 158310477550407 304906 621801 n

Logo.jpeg

logo_nathan.jpg

logo-plon.gif

226582 200723769971150 195864473790413 530993 1388427 n

313668_201249833289112_196087323805363_432024_1020967011_n.jpg

174866 112915142131742 6678647 n

Logo-Albin-Michel-Wiz.jpg

 

Trions Tout Ça

 

 

bonial – prospectus et catalogues des magasins à proximité pour moins de co2