Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 19:54

ai-shite-knight-1-tonkam.jpg

 

 

Auteur : Kaoru Tada
Editeur : Tonkam
Prix : 9€
Résumé :

Yaeko est une jeune fille énergique qui travaille dur dans le restaurant de son père et ne s'intéresse pas vraiment aux garçons. Jusqu'au jour où elle fait la connaissance de Go, un camarade de classe nonchalant et énervant. Le soir même, elle découvre que Go est le leader charismatique d'un groupe de Rock indépendant, les Bee Hive !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Quand j'ai vu ce manga dans les rayons de mon libraire, un seul mot m'est venu en tête : "Hiiiiiiiiiii !!! " ... Bon, ok, ce n'est pas un mot, mais le coeur y était, aucun doute !
Pour les plus jeunes d'entre vous, ça ne vous dira sûrement rien, mais pour "ma génération" (comprenez : Club Dorothée) la majorité des filles connaissent l'anime Lucile, Amour et Rock'N'Roll !

Piqure de rappel ou découverte, Yaeko (Lucile de l'anime) est une jeune étudiante de 18 ans travaillant dans le restaurant de son père. Un jeune homme vient tout les jours la voir et est ce qu'elle considère le plus comme étant un ami. Son nom est Satomi (Tristan), et il est fou de Yaeko depuis qu'il la connait. Problème? A cause d'une méprise, elle le croit gay et bossant dans un bar homosexuel. Ne sachant comment se dépêtrer de cette situation, Satomi ne tente rien et reste là à se languir.
Elle va au cours du soir de la fac et y voit un soir un jeune homme endormis sur son banc. Les cheveux colorés et l'épaule tatouée, il est ce qu'elle a vu de plus excentrique jusque là ! Elle ne peut s'empêcher d'être intriguée par cet étrange garçon.

Un jour, la meilleure de Yaeko, Isuzu (Manuela) l'invite à un concert de rock. Elle qui a l'habitude de la "musique de vieux" du resto de son père, ça la change pas mal ! Surtout quand elle voit que les membres charismatiques qui composent ce groupe ne sont autre que Satomi et l'étrange jeune étudiant !
Ce soir-là, Yaeko va plonger en pleins milieu d'un monde de rock, d'amour et de découvertes.

Haaaa, cette série est une de celles qui ont bercées m'ont enfance. Pour l'anecdote, j'étais très amoureuse de Tristan/Satomi (les cheveux longs, que voulez-vous ...).
J'ai redécouvert avec plaisirs tout les ingrédients et l'ambiance de cet anime, complètement intacts dans ce manga.
Alors, bien sûr, le style est vieillot (les années 80, quand même), mais franchement, je m'attendais à bien pire et j'ai ressentis presque autant d'émotions que dans n'importe quel bon manga romantique actuel.
J'ai eu des papillons dans le ventre dans les scènes de déclarations, et j'ai même eu les yeux qui piquent à un moment.
J'ai également beaucoup ris à certains passages, l'humour étant définitivement présent dans cette histoire.

Vous l'aurez compris, ça a été non seulement une énorme bouffée de mélancolie, mais également la surprise de découvrir un manga certes kitsh à mort, mais vraiment agréable à la lecture et très prenant.
En plus, c'est un gros format (336 pages) et y a des vraies paillettes sur la couverture ! Hiiiiiiii *le cri du coeur, le retour*
Mon côté petite fille a fait un énorme bond aujourd'hui
Vivement le 15 septembre 2010 pour la suite !

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 16:31

http://www.mediapart.fr/files/Sylvain%20Bourmeau/couv_Onze_reves_de_suie.jpg

 

 

Auteur : Manuela Draeger

Editeur : Editions de l'Olivier

Prix : 18€

Résumé :

 

À l’occasion d’une manifestation interdite, la Bolcho pride, un groupe de jeunes gens se lance dans une opération gauchiste qui échoue. Ils se retrouvent piégés dans un bâtiment en flammes. Ils invoquent alors la figure de la Mémé Holgolde, une grand-mère immortelle qui a dominé leurs années d’orphelinat, de ghetto et de violence, et qui a formé leur sensibilité à la révolution mondiale et au merveilleux. Tandis que l’incendie fait rage, ils se remémorent le monde qu’ils ont connu, peuplé de soldats, d’invalides, de pogromistes, d’enfants inquiets et d’adultes qui n’ont plus d’espoir. À leurs souvenirs se mêlent les contes de leur enfance, en particulier les aventures de l’éléphante Marta Ashkarot, qui marche sans fin d’existence en existence… Et bientôt eux-mêmes deviennent des créatures féeriques : des cormorans étranges qui maîtrisent l’écoulement du temps et vivent dans le feu. Immobiles dans le brasier, ils échangent fraternellement leurs identités. Ils rêvent. Ils écoutent une célèbre chanteuse soviétique. Leurs mémoires se rejoignent. Ils sont ensemble. Pour toujours.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Il ne va pas m’être facile de parler de ce livre, étant donné qu’après sa lecture, je me sens encore un peu confuse vis à vis de ce que je viens de lire…

 

Je dois avouer que le début m’a proprement énervée. Plusieurs phrases sont répétées inlassablement pendant presque une dizaine de paragraphes. Seul le contenu du paragraphe entre deux de ces phrases change. Heureusement, cela cesse à la 35ème page.

 

Mais parlons plutôt de l’histoire. Elle nous présente Imayo Özbeg, jeune homme d’un ghetto baigné dans la politique et les idéaux extrémistes. Alors qu’avec d’autres jeunes, il prépare une action coup d’éclat, la situation tourne au pire et les voilà tous prisonniers des flammes. Ils se remémorent leur enfance, bercée par la violence des adultes et des peurs qu’ils leurs inspirent, du matraquage politique semblable à un lavage de cerveau, des cadavres qui jonchent parfois jusqu’aux murs de leur classe.

 

Le récit de leurs souvenirs sont entrecoupés par les contes que leur raconte la Mémé Holgolde, un peu la grand-mère de tout les orphelins. Ces contes mêlant métaphores politiques et onirisme délirant nous accorderont des pauses dans les explications de ces enfances misérables, un peu comme une gorgée d’oxygène avant de replonger dans une apnée sombre.

 

J’ai été assez déstabilisée par ce livre, ne sachant pas encore maintenant si j’en ai apprécié la lecture ou non.
Certains passages n’avaient, pour moi, ni queue ni tête et j’en ai parcouru plusieurs avec ennuis. D’autres au contraire attisaient mon intérêt et arrivaient à me tirer avec eux dans ces existences effroyables mais fascinantes par bien des points. Le style d’écriture est parfois lourd, chargé et pénible, d’autres fois il est incisif, précis et agréable.

J’ai refermé ce livre en étant toujours aussi sceptique qu’au début, mais au final assez contente d’avoir fait cette découverte qui sortait carrément de mes goûts habituels.

 

Ce fut au final une expérience intéressante, et je garderais un souvenir doux-amer des récits peu communs de ces enfants qui auront marqués toute une ville.

 

 

Ce livre a été chroniqué dans le cadre de la rentrée littéraire 2010 en partenariat avec Ulike.

Repost 0
Published by Archessia - dans Partenariats
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 14:24

1008-drizzt10.jpg

 

 

Auteur : R.A. Salvatore
Editeur : Milady
Prix : 19,50€
Résumé :

Le démon Errtu ourdit sa vengeance contre Drizzt. Il le poursuit par-delà les mers et les étendues gelées, lançant tous ses sbires à ses trousses. Pour lui échapper, Drizzt se rend dans les contrées barbares où les nains tentent de passer un accord diplomatique. Mais la situation dégénère rapidement quand une naine retrouve par hasard l'Éclat de cristal. Errtu s'en empare. L'elfe noir et ses compagnons doivent alors livrer une guerre implacable au démon et à ses serviteurs, mais aussi composer avec le plus puissant artefact de Faerûn. Et comme toujours le cristal se révèle plein de surprises...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Errtu n'en peut plus des Abysses. Il doit se venger de Drizzt, le drow qui a réussir à le bannir. Il a tout prévu, il a entre les mains un élément auquel l'elfe noir ne pourra pas rester indifférent. L'esprit d'une personne très chère au coeur de Drizzt se fait torturer tout les jours par le démon qui jubile à l'idée d'attirer le drow jusqu'à lui grâce à cet appât de choix. Alors si en plus il arrive à avoir l'aide du cristal Crenshinibon, plus rien ne pourra l'arrêter.

Pendant que Errtu prépare les moindres détails de son plan, on retrouve Drizzt et Catti-Brie à bord de L'Esprit follet de la mer, le bateau de Deudermont. Cela fait 6 ans maintenant qu'ils naviguent avec le Capitaine, en traquant les pirates et en partant pour diverses missions.
Ces années leurs font beaucoup de bien et ils apprennent à connaître les flots et le monde de la flibusterie par coeur.
Ils se font des amis et grandissent beaucoup, gagnant encore en maturité et en expériences.
Tout pourrait se passer pour le mieux si seulement le passé de Drizzt ne le rattrapait pas encore une fois et ne mette ses chers amis en danger.
Cette fois-ci, les ennuis arrivent sous la forme d'un Doppelgänger venu pour délivrer un bien étrange message sensé les emmener jusqu'à une île maudite et hantée où rare sont ceux vivants à pouvoir en parler.
Ce voyage hors du commun, ils vont l'effectuer avec grande excitation mais également avec la peur au ventre, et ça ne fera qu'empirer quand ils comprendront ce que cache véritablement toutes ces énigmes.

Un nouveau tome de Drizzt, c'est toujours un concentré de bonheur pur pour moi.
Celui-ci ne déroge pas à la règle, bien que son contenu diffère un peu de ce que j'avais pu lire avant.
J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup moins d'introspection dans celui-ci, et, au final, le personnage même de Drizzt n'était pas vraiment à l'avant du récit ! Du moins, c'est surtout comme ça que je l'ai ressentis.
L'univers des pirates dans toute la première partie du livre est vraiment très agréable, mais pas spécialement nécessaire à l'histoire.
Au final, pendant tout ce temps, ils tournent en rond et je trouve que l'histoire à proprement parler ne commence réellement qu'à partir de la moitié du livre.
Mais bon, on pardonne à Salvatore car on voit vraiment qu'il s'est fait plaisir en écrivant sur la vie maritime de ses personnages.

Pour une fois, j'ai devine très (trop) vite comment allait se terminer ce tome. A la page 6 j'avais tout compris ... c'est vous dire !
Mais bon, ça m'arrive rarement et c'est une intuition un peu dommage qui m'a guidée, car pour les heureux qui auront du suspens jusqu'à la fin, le plaisir de l'incroyable révélation finale va en laisser pas mal sous le coup de l'émotion !
L'auteur sait toujours aussi bien raconter des histoires, instaurer des intrigues solides et écrire de superbes combats très visuels.
Même si ce n'est pas celui que j'ai préféré, ce tome est à lui seul une clé très précieuse pour tout le reste de La Légende de Drizzt qui ravira les fans par ses révélations fracassantes.

 

Voilà mon premier "Royaumes Oubliés" pour mon défi Milady

 

challengemiladytranspa

 

Pour d'autres avis, allez voir chez Endorphinage qui vient de commencer la saga, mais aussi chez Mic, LA personne qui m'a fait découvrir l'univers de Drizzt 

Repost 0
Published by Archessia - dans Fantasy
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 22:06

23492304_5854613.jpg

 

 

Auteur : Pénélope Bagieu

Editeur : Le Livre de Poche

Prix : 5,50€

Résumé :

 

Joséphine a « la trentaine », n’est pas mariée, n’a pas d’enfant, mais elle a un chat. Elle est blonde et menue (du haut en tout cas), et un jour elle se mettra au sport. Elle travaille dans un bureau avec plein de gens qui ne connaissent pas son nom, mais remarquent ses achats compulsifs. Elle se fait harceler par sa gardienne, ses parents ne sont vraiment pas des cadeaux, sa soeur parfaite lui donne des leçons de vie, mais heureusement il y a Rose et Cyril, ses meilleurs amis, toujours solidaires et attentifs à ses malheurs. Finalement, il ne lui manque pas grandchose, à part peut-être l’homme idéal, pour pouvoir faire des courses pour deux, imaginer des soirées torrides et partir en week-end romantique. En attendant, elle pleure devant des fi lms à l’eau de rose et suit une psychanalyse avec son esthéticienne !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Joséphine, c'est un peu comme si on avait une Bridget Jones en BD ... en beaucoup plus drôle !

Elle est désabusée, parfois acide, a une répartie du tonerre et des réactions comme on en a toutes eues, ou aimerais avoir !

 

Ce sont des gags en une planche racontant son quotidien avec ses amies, la famille, le shopping, les complexes, les fantasmes, le boulot, les vacances, le chat ...

Bon, dit comme ça, c'est sûr que ça doit vous paraître ennuyeux au possible. Mais l'humour passe surtout dans les dessins et les visages des personnages, incroyablement expressifs malgré le style simple des dessins. Leurs attitudes mais aussi les dialogues sont tordants, que ce soit dans leur réalisme ou au contraire, dans leur côté "too much".

 

Pour vous faire une idée, je ne peux que vous conseiller le blog de Pénélope Bagieu que je suis depuis quelques années et qui me plait toujours autant au fil du temps.

C'est par-ci. Enjoy !

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 19:51

41206_149184908436322_149184308436382_320367_5916835_n.jpg

 

 

Place To Be n'en fini pas de vous gâter !
Cette fois-ci, c'est Maya Fox qui est à l'honneur sur le site, avec 10 exemplaires de son deuxième tome à gagner.
Le concours se termine le premier octobre et les français / belges / suisses peuvent participer.

Pour les renseignements et pour tenter votre chance, un seul clic ici !

BONNE CHANCE A TOUS ! 
Repost 0
Published by Archessia
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 18:04

1008-enclume1_2.jpg

 

 

Auteur : Cam Banks

Editeur : Milady

Prix : 19,50€

Résumé :

 

La guerre de la Lance est bel et bien terminée, mais le monde de Krynn est toujours en danger, même après la défaite de la Reine des Ténèbres, car un disciple de l’empereur Ariakas a réussi à s’imposer à la tête du Nordmaar grâce aux armes et à la magie.
Mais c’est sans compter sur Vanderjack, un mercenaire au passé des plus troubles, armé d’une lame hantée par des fantômes. Il se retrouve au Nordmaar pour racheter sa liberté et régler quelques vieux comptes.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Un mercenaire, seul avec son passé, ses démons, ses espoirs pour l'avenir.
Seul ? Pas tant que ça en fait.
Avec Fossoyeuse, l'épée qu'il ne lâche pas depuis 20 ans, il a toujours toute la compagnie qu'il veut, et même qu'il ne veut pas!
Cette épée est hantée par les êtres tués par elle trop tôt. Les innocents qui n'avaient pas encore fait son temps sur terre.
On dit qu'elle peut accueillir 9 âme, et qu'à cette neuvième, l'épée sera détruite.
Vanderjack considère cette arme comme son bien le plus précieux, étant autant une source d'ennuis que de bienfaits, les esprits étant parfois très utiles (quand ils ne sont pas agaçants et de passent pas leur temps à se mêler de tout).

C'est un jour qu'il s'ennuie en dépensant ses dernières pièces pour une bière insipide qu'il reçoit une proposition qu'il ne peut refuser : secourir la superbe fille d'un Baron dans une de ses demeures se trouvant envahie par d'effroyables créatures.
Avec une énorme récompense à la clé, il accepte sans hésiter et, affublé d'une assistante au physique repoussant, et d'un gnome fou, le voilà parti sur les traces de ce château pris par l'envahisseur, dans une quête qui, comme il le dit lui-même, fleure gentillement le romantisme.
Mais c'est sans compter sur d'anciens ennemis, donc un Maître demi-elfe possédant un dragon que tout le monde craint, ou un mage au reflet bizarrement apeuré dans le miroir ...

D'un côté, on suit la route de Vanderjack, remplie de combats, de découvertes, d'accidents, d'animaux fabuleux et ... d'humour !
De l'autre, nous avons le point de vue des "méchants", avec magouilles politiques et organisations criminelles.
La quête du mercenaire est semée d'embûches et comporte quelques scènes et dialogues très drôles.
Les personnages du gnome et de l'assistante ajoutant beaucoup d'humour au récit, le rendant beaucoup plus léger.

Car je dois bien avouer que le côté géopolitique énormément présent dans le livre m'a bien soûlée par moments. Le fait que je n'ai pas lu les cycles précédents de LanceDragon a peut-être joué, je ne sais pas.
Pourtant, à part ça, je n'ai pas l'impression qu'il faut avoir lu les livres antérieurs pour s'immerger dans l'histoire.
C'est drôle, épique, avec des personnages intéressants.
Ce que je pourrais également lui reprocher, ce sont ses combats, il y en a beaucoup (trop?) et ils se succèdent à un rythme un peu trop rapide à mon goût.
Je ne sais pas encore si je lirais la suite, n'étant pas tombée amoureuse de la vie de ce mercenaire, mais pour les fans, il reste un must to read !

 

 

Ce livre a été chroniqué dans le cadre d’un partenariat avec Chroniquesdelarentreelitteraire.com et Ulike 

 

Et hop, un DragonLance pour le challenge Milady ! 

 

challengemiladytranspa

Repost 0
Published by Archessia - dans Fantasy
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 23:34

roadmaster.jpg

 

 

Auteur : Stephen King
Editeur : Le Livre de Poche
Prix : 8€
Résumé :

Un inconnu s'arrête dans une station-service perdue au fin fond de la Pennsylvanie, au volant d'une Buick « Roadmaster », un magnifique modèle des années 1950... qu'il abandonne là avant de disparaître. Alertée, la police vient examiner le véhicule, qui se révèle entièrement factice et composé de matériaux inconnus.
Vingt ans plus tard, la Buick est toujours entreposée dans un hangar de la police d'État, et rien n'a filtré des phénomènes surnaturels qui se produisent à son entour, et qu'elle semble provoquer. Un homme veut cependant savoir la vérité : Ned Wilcox, le fils du policier initialement chargé de l'enquête, mort depuis dans un mystérieux accident.
Et si rouvrir les portières de la mystérieuse automobile revenait à ouvrir les portes de l'horreur ?
Après l'accident qui faillit lui coûter la vie en 1999, Stephen King a consacré trois ans à l'écriture de ce roman – l'œuvre d'un magicien de l'épouvante parvenu au sommet de son art !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Au début, j'ai eu un peu peur que Roadmaster ressemble à Christine, autre roman de l'auteur concernant une voiture démoniaque.
Sauf que, à part le fait qu'une voiture soit le point principal du récit, c'est le seul point commun que ces livres ont en commun.

Un policier de la Police d'Etat est décidé, fauché par un camion.
Son fils ainé est dévasté et essaie de trouver une raison de continuer, d'avancer.
La seule chose qu'il ai trouvé, c'est d'aller sur le lieu de travail de son défunt père, et de passer ces journée dans cet endroit.
S'occuper du jardin et des déchets, servir le café, faire du rangement, ... Tout pour justifier sa présence dans ces locaux.
Au fil du temps, les autres flics se énormément pris d'affection pour ce jeune homme déboussolé mais courageux et travailleur.
Au point qu'un jour, plusieurs d'entre eux s'assoient sur un banc de la cours, et lui raconte une histoire.
L'histoire d'une voiture abandonnée, étrange, qui parfois lance des éclairs lumineux, fait diminuer la température du hangar ou régurgite de son coffre d'étranges et effrayantes créatures.
Cette voiture qui fut l'obsession de son père jusqu'à la fin de sa vie.

Stephen King nous entraine encore une fois dans un livre mêlant histoire humaine et paranormal.
Nous tissant des relations fortes et belles entre les personnages et en distillant son suspens au fil des pages pour nous donner droit, de temps en temps, à de vrais feux d'artifice d'abomination.
Il prend le temps pour nous dresser le décors, nous présenter les acteurs de son roman, ce qui les unis, ce qui font d'eux ce qu'ils sont, tout simplement.
Il casse un rythme calme avec des scènes absolument incroyables, souvent quand on s'y attend le moins, ajoutant au plaisir de ces passages celui de la surprise.

Encore une fois, je referme un King en me demandant où il va chercher toutes ces idées glauques et incroyables.
Roadmaster ne déroge pas à la règle et nous offre une foule de sentiments et de ressentis qui nous laisse pantois à sa dernière page.

Repost 0
Published by Archessia - dans Horreur
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 19:56

9782800147215-G.JPG

 

 

Auteur : Arthur de Pins
Editeur : Dupuis
Prix : 13,50€
Résumé :

Au Parc d'attraction Zombillénium, on n'embauche qu'à durée indéterminée. Les critères de sélection ne sont pas trop durs, on refuse juste les simples mortels. Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille cette petite entreprise qui ne connaît pas la crise... Une comédie à l'humour noir impeccable, signée Arthur de Pins.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Aurélien est un homme désespéré.
Dans un acte de pure folie (dont on ne connait pas vraiment la motivation) il se décide à braquer un bar.
Pas de bol pour lui, une sorcière se trouvait justement au comptoir.
Après un tour de passe-passe de la part de la jeune fille, Aurélien se fait renverser par une voiture et en meurt sur le coup.
Mais rien n'est perdu! Car dans la voiture, des employés de Zombillénium, le parc d'attractions qui n'engage que de vrais monstres ...

Cette BD regroupe tout ce que j'aime !
Humour à gogo (surtout noir), de superbes dessins avec des expressions de visages à mourir de rire, un scénario original et bien ficelé, et même des références à la culture populaire.
Je ne regrette absolument pas mon achat, c'est du bonheur sur papier.

L'action évolue vite, pas de temps mort, pas d'ennuis. La narration se fait via plusieurs personnes, donc on n'en sait pas encore beaucoup sur chaque personnages, mais quelques clins d'oeil nous font imaginer quelques évènements bien savoureux !

Arthur De Pins est connu pour ses BD mettant en scène de jolies demoiselles tout en rondeurs, mais son style de dessin se marie merveilleusement bien à cet univers sombre et drôle. Il nous donne des attitudes et des expressions à mourir de rire, mêlant un côté très cartoon à des visages très réalistes.

Une bande dessinée qui plaira à un très grand nombre et qui, je suis sûre, trouvera un très nombreux public !

 

 

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 23:32

9782280212052.jpg

 

 

Auteur : Maria V. Snyder
Editeur : Harlequin (collection Darkiss)
Prix : 12,50€
Résumé :

ATTENTION SPOILERS


Une année, une seule. C'est le temps dont dispose Elena pour développer ses pouvoirs de magicienne. Mais le parcours est semé d'embûches. Les détracteurs d'Elena cherchent à la manipuler, voire à la détruire. Triomphera-t-elle de la jalousie des Magiciens, de la traîtrise du Prince exilé, et de la haine que lui voue son frère ? Libre et rebelle, elle poursuit sa quête. Avec pour allié le mystérieux Valek qui lui insuffle, en pensée, la force de devenir elle-même...

« Un roman envoûtant, au cœur du fantastique, de la magie et de l'amour. » Dark Realms magazine
« Maria V. Snyder est une magicienne des mots. » The Best Reviews


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Nous retrouvons Elena en compagnie d'Irys, la magicienne qui la prise sous son aile. Elles sont en plein voyage, accompagnées d'autres jeunes filles enlevées à leurs familles.
Irys fait le tour de tout les villages pour que les enfants puissent retrouver leurs parents et enfin recommencer une vie normale.
Le prochain arrêt est pour le village natal d'Elena ... Questionnements, peurs, doutes ... Elle n'est pas sûre d'avoir très envie d'aller dans cet endroit qui est sensé être "le sien".
Après 14 années d'absence, elle ne sait pas ce qu'elle va y retrouver.
Par chance, elle découvre des parents aimants, qui n'ont jamais cessés de l'attendre et d'espérer la revoir. Un frère qui n'a pas l'air content de la voir, et des tonnes de cousins et cousines!

Malheureusement pour elle, ces chaleureuses retrouvailles avec un passé oublié vont être vite gâchées par un ordre de voyage à Sitia, en compagnie de ce frère qui se méfie d'elle et qui colporte d'horribles rumeurs sur elle auprès des villageois.
Voilà qui ne s'annonce pas de tout repos.
Rajoutez à ça une embuscade menée par un homme se présentant comme étant l'héritier du trône d'Ixia, bien décidé à en finir avec tout les traitres et malveillants à son royaume perdu, Valek, le Commandant et Elena en premier lieu ...
L'espoir qu'elle voyait pointer pour sa nouvelle vie semble définitivement perdu. Heureusement qu'elle a l'esprit de Valek en qui elle peut puiser des forces. Mais quels sont véritablement ses pouvoirs? Et, au final, qui est vraiment de son côté?

Ce deuxième tome est tout aussi riche que le précédent, nous retrouvons Elena submergée par les accusations, les dangers et une magie qu'elle a de plus en plus de mal à comprendre.
Malgré cette ambiance lourde et pesante d'angoisse et de dangers, le récit n'en reste pas moins léger et vraiment "digeste", se dévorant d'une traite sans effort.
Comme le premier, il est ponctué de touches d'humour vraiment bienvenues qui offrent des pauses bienfaisantes pendant la lecture.
Elena se découvre un pouvoir télépathique de plus en plus grand, surtout avec ... des chevaux ! Nous avons donc droit à quelques scènes vraiment très drôles de discutions savoureuses avec un cheval dont les réponses d'un naturel désarmant nous donneront quelques éclats de rire.

Nous en apprenant beaucoup sur Elena, ses origines, sa famille, ses souvenirs perdus et ses pouvoirs. C'est un peu son livre d'introspection. Elle va grandir et mûrir, allant doucement et sûrement vers son statut de femme, laissant petit à petit ses démons en arrière, pour se concentrer sur son avenir et celui de ses proches, de plus en plus nombreux grâce à la découverte d'une famille qu'elle croyait ne jamais connaître.

A côté de ça, le livre contient une bonne dose de trahison, de questions et de doutes concernant les identités et les motivations de chacun.
Pas mal de nouveaux personnages dans ce tome, mais dont les présentations se font en douceur, de façon très fluide, ce qui fait que l'on n'est pas noyé de renseignements en tout genre et que l'on assimile très bien ces nouvelles personnes et leurs particularités.

Sitia est énormément différent d'Ixia, et Elena devra apprendre beaucoup sur la façon de fonctionner de ce peuple dont elle ne sait rien. Que ce soit protocole, façon de penser ou manière de vivre de ses habitants, elle va découvrir bien des choses, qu'elles soient positives ou négatives d'ailleurs.

Ne vous inquiétez pas ! La romance n'est pas oubliée
Elle est juste remisée à l'arrière plan, notre héroïne ayant bien d'autres soucis en tête que celui de son amour Valek.
Mais nous sentons son aura tout au long du récit, une sorte de présence à ses côtés.
En gros, ce livre contient tout les ingrédients pour rester accrochés jusqu'à la dernière page. Heureusement qu'il n'y pas longtemps à attendre avant de pouvoir lire le troisième tome de cette série. Il sortira le 1er décembre 2010.

Le Souffle d'Emeraude sort dans nos librairies demain, le 1er septembre.
Merci à Harlequin de m'avoir permis de le lire avant sa sortie.

Pour le premier chapitre, il vous suffit de cliquer ici !

 

CONCOURS

 

Des exemplaires de ce livre sont à gagner sur le forum officiel de la collection Darkiss, pour tout savoir, rendez-vous par là.

Vous pouvez également tenter votre chance pour gagner un exemplaire de La Voleuse d'Âme en vous rendant ici.

Repost 0
Published by Archessia - dans Fantastique
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:10

2902420145 1

 

 

Auteur : Cornélia Funke
Editeur : Gallimard Jeunesse
Prix : 15€
Résumé :

Derrière le miroir, se trouve un univers fantastique fascinant... et dangereux. Depuis des années, Jacob Reckless sillonne ce royaume secret à la recherche de trésors.
Jusqu'au jour où Will, son jeune frère adoré, le suit de l'autre côté.
Victime d'un maléfice, le jeune homme se transforme peu à peu en monstre, brisant ainsi le coeur de celle qu'il aime. A moins que Jacob ne parvienne à le sauver ...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dans les histoires qui commence par Il était une fois, nous somme sûrs de trouver de la magie, des sorcières, des créatures fantastiques, de la trahison, des princes et des princesses, de l'espoir, des aventures et de l'amour.
"Reckless" commence par cette phrase de contes de fées.

Jacob, 12 ans, est inconsolable depuis la disparition de son père. Il ne peut l'accepter, et c'est régulièrement que, la nuit, il pénètre dans cette pièce interdite qu'est son ancien bureau. Sa mère ne voulant plus que personne n'y rentre.
Cette nuit, tout sera différent. Jacob trouve un bout de papier avec une drôle d'énigme le poussant à s'intéresser au miroir que contient la pièce. Miroir qu'il traverse pour découvrir un monde incroyable, peuplé de monstres et de légendes.

A partir de là, Il fera très régulièrement des voyages dans le monde du miroir, voyages qui dureront de plus en plus longtemps avec les années, prétextant des voyages d'affaires ou des vacances.
Mais un jour, son jeune frère Will découvre le mystère du miroir et rejoint son frère de l'autre côté.
Une seule visite aura suffit à Will pour subir un atroce sort et voir sa peau se transformer en pierre.
Mais dans cet univers, chaque maléfice peut être défait. Encore faut-il connaître les bonnes personnes, trouver les solutions et ne pas avoir peur du danger ...

Vous l'aurez donc deviné, nous sommes devant une sorte de conte de fées, en plus cruel et plus sombre, la tristesse touchant les personnages dès le début, et ne les laissant en paix que très rarement.
La quête des frères Reckless sera bien entendu semée d'embuches, mais elle risquera aussi de les éloigner, se forçant à découvrir chez l'un et l'autre des côtés qu'ils ignoraient.

Le monde créé par Cornélia est un mélange de beaucoup de choses que l'on a déjà pu voir ou lire, mais tourné d'une telle façon, raconté avec un tel ton que ça le rend unique.
On a des morceaux de contes de notre enfance, mélangés avec de l'Héroïc Fantasy par exemple.
Le récit est également parcouru de sublimes illustrations de l'auteure, qui rajoute à l'ambiance magique du livre et qui nous aide à nous imprégner encore plus de son contenu.

Le seul point négatif que je pourrais soulever, c'est qu'elle nous présente beaucoup de personnages très vite, elle les survolent à peine, donc il est facile de s'embrouiller avec les différents noms, caractères et physiques.

A part ça, c'est de l'évasion et du rêve pur. J'ai été étonnée de voir que le livre était teinté de tristesse du début à la fin, mais ça confère une certaine saveur vraiment agréable, une douce mélancolie qui nous suit encore après avoir tourné la dernière page.

Vivement le deuxième tome!

"Reckless" sera dans votre librairie, en sortie mondiale, le 16 septembre 2010.
Merci à toute l'équipe de Gallimard Jeunesse de m'avoir permis de le lire si tôt! ^^

Ce livre a également son site officiel français avec une très jolie bande-annonce que vous pouvez trouver par ici.

Repost 0
Published by Archessia - dans Jeunesse
commenter cet article

C'est Moi Que V'là

  • : Les mots d'Archessia
  • Les mots d'Archessia
  • : Chaque lecture, qu'elle soit livresque, BD-esque, manga-esque ou autres mots avec esque derrière, a droit à un avis avec plein de mes émotions dedans. Avec de vrais morceaux de tripes (miam), de larmes et de fous-rires.
  • Contact

Suivez moi

logo-facebook.jpg

 

http://www.wikio.fr

Fouillez Dans Le Blog

Mes défis

Vous me trouverez là

logo4

http://www.libfly.com/public/images/logo-libflybis.gif

Wikio - Top des blogs - Littérature

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Archessia sur Hellocoton

Mes fournisseurs de rêves

56547434.jpg

monde manga akata

Bayard-Jeunesse1

Editions-Mango.jpg

JC-Lattes

partenariat-LA.jpg

logo martiniereJfiction (1)

milady

167393 158310624217059 158310477550407 304906 621801 n

Logo.jpeg

logo_nathan.jpg

logo-plon.gif

226582 200723769971150 195864473790413 530993 1388427 n

313668_201249833289112_196087323805363_432024_1020967011_n.jpg

174866 112915142131742 6678647 n

Logo-Albin-Michel-Wiz.jpg

 

Trions Tout Ça

 

 

bonial – prospectus et catalogues des magasins à proximité pour moins de co2