Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 12:58

phoenix--les-cendres-de--loubli.jpg

 

 

Auteur : Carina Rozenfeld

Éditeur : Robert Laffont (Collection R)

Prix : 17,90 €

Résumé :

 

Depuis l'origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L'être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs.

À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s'aimer pour reformer l'oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d'éloigner les menaces qui pèsent sur l'humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l'oubli de leurs vies antérieures les empêche d'être réunis...

Aujourd'hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d'université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu'à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s'ils la connaissaient depuis toujours...

Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S'ouvriront alors les portes d'une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Voilà un livre aussi brûlant et fascinant que l'oiseau de légende dont il est inspiré !

J'étais absolument ravie de recevoir les épreuves de ce premier tome de Phænix, d'abord parce que la couverture m'avait séduite au premier coup d'oeil, ensuite parce que je trouvais le thème original et intriguant, et finalement parce que, à part Kaleb, aucun livre de la Collection R ne m'a déçue, et ils avaient tous une saveur particulière, unique.

En tout cas, je ne connaissais pas du tout Carina Rozenfeld, mais après avoir lu ce bouquin, une chose est sûre, c'est que je veux lire tous ses autres titres !

 

Le résumé est assez complet et détaillé (trop à mon goût, d'ailleurs), donc ça ne sert pas à grand chose que je revienne dessus.

Anaïa m'a tout de suite plue, et pourtant, on ne peut pas dire qu'elle soit extraordinaire, à première vue. Mais je pense que c'est ça qui me l'a rendue sympathique, le fait qu'elle soit simplement ... "normale". C'est un personnage très réaliste et crédible, une ado assez banale, au final, à laquelle on peut facilement s'identifier.

Le fait qu'elle soit passionnée de musique a achevé de m'attacher à elle, et j'ai aimé la relation qu'elle a avec celle-ci, ses sentiments, ses évasions quand elle est transportée par l'une ou l'autre chanson. D'ailleurs, le livre en lui-même est très "musical", comprenant pas mal de références à des chansons, et même les paroles de certaines pour rajouter de la profondeur et de l'émotion à une scène. Très bonne idée qui se fond parfaitement avec le récit.

Les personnes qui l'entourent ont tous ce je-ne-sais-quoi qui les rend sympathiques et attachants. Que ce soit les parents attentionnés mais très occupés, les amis laissés en arrière ou Garance, l'amie d'enfance retrouvée, ils ont tous été, autant qu'ils sont, agréables à suivre.

Bien entendu, il y a également ces deux jeunes hommes qui semblent en savoir beaucoup sur Anaïa.

Eidan et Enry ... Haaa, ça c'est un sacré duo ... Même si il m'a été très facile de choisir mon favoris très vite, je dois bien admettre que les deux ont de sacrés arguments pour eux (par exemple, Enry est décrit comme un jeune Chris Hermsworth. Ca vous donne une idée).

J'ai adoré le développement de ces personnages, comment on les rencontre, comment ils s'intègrent petit à petit à la vie d'Anaïa, comment ils évoluent chacun différemment, et comment leur place dans le récit se fait de plus en plus importante et indispensable. Comme dans le quotidien d'Anaïa ?

Deux véritables bombes de charisme, mais pas tout lisses pour autant, et ce sont bien leurs défauts, les fêlures qu'ils cachent avec plus ou moins de succès, qui les rendent si attrayants et intéressants. Ils dégagent une véritable profondeur et une dose incroyable de mystères et d'émotions.

Ils sont indéniablement un des énormes points forts de ce roman.

 

L'histoire en elle-même, je l'ai tout simplement adorée.

J'ai aimé que le sujet en soit le phoenix, créature qui, je pense, n'avait pas encore été abordée dans le cadre d'une romance fantastique.

Et bien que l'on sache qu'il est le pilier central du récit, rien n'est vraiment dévoilé pendant une très grosse partie de la lecture. Comme Anaïa, on reste dans le flou, dans la recherche et les questions, et les surprises qu'elle vit en sont pour nous également.

Le mythe possède d'ailleurs une très chouette mythologie, ici, bien qu'elle ne soit qu'abordée en surface (j'espère en apprendre plus encore dans les prochains tomes, il y a ici un potentiel énorme). Évidemment extrêmement romantique et dramatique, mais découverte et racontée de sorte qu'elle n'en reste pas moins crédible et, du coup, extrêmement touchante.

L'auteur a une gestion des émotions assez impressionnante, et la façon dont elles sont distillées au fil du récit, pour atteindre, à certains moments, un paroxysme déstabilisant, est renversante.

Je me suis retrouvée emportée par les sentiments de Anaïa sans aucun moyen de résister. Pendant ma lecture, j'ai partagé entièrement ses joies, ses doutes, ses questions, ses découvertes, ses passions, ses vides. Il y a une sorte d'empathie exacerbée qui se dégage de la plume de Carina Rozenfeld, je ne sais pas comment l'exprimer autrement.

On ne peut qu'être touché, chamboulé, véritablement ému par l'histoire qui se déroule devant nous, tant notre coeur n'est qu'une petite chose fragile et malléable entre les mains expertes de Carina.

Impressionnant et bouleversant.

Le rythme, en même temps que l'ambiance, sont vraiment bien gérés également. On commence en douceur, sous le soleil, dans la bonne humeur et la légèreté, pour tout doucement, sans que l'on s'en rende vraiment compte, tomber dans quelque chose d'haletant, intense, plus sombre et plus déchirant.

Et pourtant, ce changement assez radical se fait avec une fluidité et une facilité assez déconcertantes.

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de lire un livre de cette auteur, je vous conseille vivement de vous y mettre, elle a un talent précieux pour ce qui est de nous remuer le coeur et le ventre avec une palette d'émotions d'une intensité surprenante.

 

C'est un livre absolument enchanteur, qui m'a fait rêver, qui m'a énormément émue, qui m'a fait glousser, pleurer, frissonner et soupirer de langueur.

Phænix est un véritable tourbillon qui dévaste nos coeurs et nous laisse pantelant, étourdis, avec une sensation de vide et de manque.

J'ai été complètement séduite, autant par les personnages que par l'histoire et la plume de l'auteur, et je gage que ce titre va faire sacrément parler de lui dans les semaines à venir !

En tout cas, je ne peux vous donner qu'un seul conseil : lors de sa sortie, ce 10 septembre, courrez chez votre libraire le plus proche et jetez-vous dessus. Une fois ouvert, plus rien n'existe autour, et vous voilà plongé dans l'ambiance si particulière, au goût doux-amer, de ce roman-bijou.

J'ai du mal à quitter ces gens que j'ai appris à aimer, à émerger de cette romance douloureuse, enchanteresse et intense. Je ne peux espérer qu'une chose, que la suite arrive vite. Viiiiite !

 

Mille mercis à la Collection R pour, encore une fois, m'avoir offert un moment lecture unique, riche et complètement addictif !

313668 201249833289112 196087323805363 432024 1020967011 n

Un autre avis chez Tessa.

 

Commandez Les Cendres de l'Oubli - Phænix T1

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Romance Fantastique
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 09:13

9782352945277.jpg

 

 

Auteur : Isaac Marion

Éditeur : Bragelonne

Prix : 17,30 €

Résumé :

 

R est un zombie. Il n’a pas de nom, aucun souvenir, pas de pouls, mais il rêve. Il est un peu différent des autres morts. Dans les ruines d’une ville abandonnée, il rencontre Julie, une jeune fille à l’opposé de tout ce qu’il connaît : chaleureuse, intelligente et pleine de vie. Pour des raisons qu’il ne comprend pas, R décide de sauver Julie au lieu de la dévorer. Il n’est plus satisfait de vivre dans une tombe. Il veut respirer et vivre. Julie est prête à l’aider. Mais pour réussir, ils vont devoir combattre la dure réalité d’un monde en décomposition…

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Ce titre me faisait envie depuis sa sortie. Son résumé original a attisé ma curiosité et les avis dans les médias me faisaient trépigner d'envie.
On peut dire que je suis on ne peut plus ravie d'avoir, enfin, pu le dévorer.

Comment vous parler de Vivants ? L'idéal serait de le faire avec justesse et émotions, en choisissant les mots appropriés, en pointant du doigt les divers éléments ressortant fortement et le rendant tout à fait unique.
Le problème c'est que, maintenant que j'ai refermé ce bouquin, tout ce que je sais faire quand j'ai envie d'en parler, c'est m'agiter, grogner et baver, tel les zombies le peuplant.
Bon, je me ressaisis, et je me lance :
Ce qui m'a directement interpellée et, du coup, beaucoup plu, c'est le personnage même de R. C'est un zombie, et c'est la seule chose dont il est certain. Il ne se souvient plus de son nom, seulement qu'il commençait par R. Il a un bon ami, M, un zombie à part qui a le sens de l'humour. R se sent souvent à l'écart, car il a l'impression d'être le seul à rêver, à penser plus loin, à philosopher. Comment cela se fait ? Et pourquoi ?
Un jour, alors qu'il part en chasse avec d'autres de ses congénères, il tombe sur un groupe de jeunes, et dévore avidement le cerveau de l'un d'entre eux. En le mangeant, il a des flashs de souvenirs de cette personne. Il était amoureux, amoureux fou. De Julie. Julie est cette jeune fille, à côté, qui va se faire dévorer.
Mu par un mouvement qu'il ne s'explique pas, R va défendre Julie.
Ce geste va tout changer. Pour R. Pour Julie. Pour le monde entier.

 

"Pour moi, l'avenir est aussi flou que le passé. Seul le présent semble m'intéresser, et encore. La mort m'a rendu plutôt zen, en fait."


Bon sang de bonsoir. Comment je vais pouvoir vous transmettre toute l'incroyable beauté de ce livre ?
Je pourrais vous dire que son personnage principal est tout à fait unique, un mort qui se balade et qui pense, qui espère, qui veut aimer, qui veut changer, qui veut vivre. Du coup, on suit un personnage d'une profondeur incroyable, dont l'existence même est une erreur, un monstre pour les Vivants, un outsider pour les Morts. Ses questions, ses désirs, ses rêves, ses doutes, ... rien ne nous est épargné, et tout nous est offert, sans concession, sans faux-semblant, sans édulcoration. Jamais je n'aurais cru éprouver autant de sentiments pour un mort-vivant, et pourtant R a maintenant une place de choix dans mon coeur.
Je pourrais vous parler de son ambiance, si particulière et tellement difficilement descriptible. On passe d'une roman fantastique flirtant avec l'horreur, avec zombies mastiquant avidement, gerbes de sang et chairs déchiquetées, à la quête initiatique remplie d'espoir, en passant par la romance à couper le souffle ou le récit philosophique d'une beauté renversante.
Je pourrais également tout simplement vous dire qu'il est unique, d'une intensité absolument vertigineuse, que ce soit dans les actes, les émotions ou les idées transmises. Qui aurait pu croire qu'une "histoire de zombies" puisse être si bouleversante, si incroyablement recherchée et si tragiquement romantique ?

 

L'écriture d'Isaac Marion est tout simplement parfaite. Elle nous emporte avec une facilité et une fluidité déconcertante, nous fait ressentir des émotions fortes et incroyables sans pour autant en faire des tonnes, nous rend les situations les plus invraisemblables complètement réalistes et plausibles.
J'ai terminé cette lecture en pleurs, ayant du mal à reprendre ma respiration et à retourner dans la réalité. Et pendant plus de 300 pages, j'ai ri, j'ai frissonné, j'ai été attendrie, j'ai eu peur, j'ai été dégoûtée, j'ai espéré. Je suis passée par une palette d'émotions riches et intenses, j'en étais presque étourdie, mon esprit brinquebalé dans tous les sens telle une simple poupée de chiffons par cette plume hallucinante.
Cet auteur possède un talent rare et je trépigne déjà à l'idée de lire d'autres de ses oeuvres.

 

"Suis-je issu des fondations de mon ancienne vie ou me suis-je levé d'entre les morts avec une ardoise vierge ? De quoi ai-je hérité et qu'est-ce qui est ma propre création ? Ces questions, longtemps restées à l'état de rêvasseries, semblent avoir pris un caractère plus pressant. Suis-je fermement enraciné dans le monde d'avant ? Ou puis-je choisir de m'en écarter ?"


C'est un livre précieux, un joyaux brillant dans les ténèbres, dont les messages qu'il transmet m'ont transpercés le coeur avec une vivacité et une clarté étrange et éblouissante.
Le fait d'avoir le point de vue d'un zombie, ce qu'il fait de ses journées, ses habitudes, ce qu'il pense, etc ... est déjà d'une originalité fascinante, mais le fait de l'avoir rendu incroyablement attachant, et d'une humanité dépassant de beaucoup celle de nombres de Vivants, c'est juste époustouflant, un challenge qu'a osé relevé Isaac Marion, et qu'il a réussit avec un brio remarquable.
C'est un titre marquant, qui se hisse tout droit dans mon panthéon de livres préférés. Un coup de coeur, sans équivoques.

 

D'autres avis chez Amadis, Chou:), Belladouce, Ilnyak1pas, Thalia, Cecile, Elyssandre et Crunches.

 

Commandez Vivants

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Romance Fantastique
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 20:12

MonsieurNoir01

 

 

Auteurs : Griffo & Dufaux

Éditeur : Dupuis

Prix : Plus édité

Résumé :

 

L'Angleterre, au siècle dernier. Un château : Blacktales. Tous les sept ans, son propriétaire, l'inquiétant Monsieur Noir, vient y signer un nouveau bail avec son locataire. À Blacktales, deux clans, irréductiblement opposés, se livrent une lutte féroce et sournoise pour la possession d'une plume : elle seule permet d'apposer sur le contrat de location la signature qui donne le pouvoir absolu. C'est dans un climat d'effervescence que débarque Fanny, récemment orpheline : la plume, égarée depuis deux ans, a été localisée. Elle se retrouve entre les mains de deux êtres dont l'impitoyable sadisme terrorise tous les habitants du lieu...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

BD sympathique et atypique, son histoire m'a fait penser à un Alice au Pays des Merveilles en plus sombre et tourmenté.

On y trouve des créatures étranges, des personnages loufoques et inquiétants, des habitudes uniques et abracadabrantes, des mystères, des pièces incongrues, des passages secrets, des espions, des tableaux magiques et bien plus encore !

Pour ça, c'est vraiment très agréable à lire et on se laisse facilement entraîner par le côté mi-merveilleux, mi-lugubre de ce récit sous forme de conte macabre.

D'ailleurs, ce titre n'est vraiment pas conseillé aux enfants, car il contient du sang, de la violence et même des sous-entendus sexuels clairement explicites.

Vu comme ça, on dirait que je fais tout un plat de pas grand chose, mais vu l'aspect glauque et malsain du rendu, ce n'est pas vraiment une BD que je mettrais entre les mains d'un gosse.

 

Malgré tout ça, qui m'a beaucoup plu, je dois dire que je suis quelque peu déçue, et que je me suis même légèrement ennuyée par moments.
Cela, en grande partie à cause du côté "charivari" de l'histoire. Ça part un peu dans tous les sens, aussi bien au niveau des personnages que du récit, et j'avais du mal à réellement fixer mon attention, au final.

 

Quand j'ai refermé le deuxième et dernier tome, j'avais un arrière-goût un peu amer en bouche, ne sachant trop, en fait, ce que je venais de lire.

Il me semblait qu'il y avait eu beaucoup d'énergie dépensée pour en arriver là. Est-ce que ça valait la peine ?

En tout cas, une chose est sûre, que ce soit au Pays des Merveilles ou au Blacktales, tout le monde est fou ...

 

Commandez Monsieur Noir, édition intégrale

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 14:45

9782021076875.jpg

 

 

Auteur : Kim Harrington

Éditeur : Seuil Jeunesse

Prix : 16,90 €

Résumé :

 

Claire Fern est extralucide et, depuis qu'elle a résolu une affaire de meurtre, elle est devenue la star du lycée. Mais Claire se sent menacée ; elle a l'impression qu'on l'observe, qu'on la suite.

Et qui lui envoie ces messages anonymes ?

Gabriel, le fils de l'inspecteur de police qui lui fait tourner la tête ? Son ex petit-ami qui semble prêt à tout pour la reconquérir ? Claire est d'autant plus troublée qu'elle ne parvient pas à utiliser son don pour le découvrir. Et qu'au lycée, une nouvelle disparition laisse présager le pire ...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Hmmm, étrange choix de couverture, pour un thriller, même si il est plutôt axé jeunesse.

À part ça, j'étais vraiment ravie de retrouver Claire et sa famille hors du commun !

 

Cette fois-ci, pas de partenariat avec la police pour Claire, ce n'était qu'une unique fois, et ce n'est pas à son programme de l'année.

Par contre, le côté positif de cette expérience, c'est qu'on ne la traite plus comme un monstre au lycée (à part Tiffany, la pire des garces). Il semblerait même qu'elle puisse se faire une véritable amie ! Rajoutez à ça que ses relations avec Justin sont moins tendues et plus agréables, et vous avez un tableau assez satisfaisant pour la jeune fille.

Mais les ennuis vont vite débarquer, avec une séance de lecture qui tourne bizarrement, un admirateur secret un peu envahissant et la disparition d'une fille du quartier.

Claire va vite se rendre compte qu'elle est impliquée bien plus qu'elle ne le pensait dans ces évènements inquiétants ...

 

Comme je l'ai dis plus haut, j'étais vraiment contente de retrouver les Fern ! J'avais adoré suivre cette famille et l'enquête que devais mener la cadette (Visions).

Le détail qui m'a directement sauté aux yeux et qui m'a légèrement déçue par rapport au premier tome, c'est l'humour. Celui-ci était vraiment très présent dans le volume 1, grâce, entre autre, aux dialogues et au grand frère, Perry.

Ici, on commence directement avec une ambiance plus pesante et plus tendue. Les aventures du livre précédent ont laissés des traces sur tout le monde, et cela se ressent fortement.

Claire a perdu un peu de son innocence et de sa légèreté, et Perry n'est plus du tout le même après cette sombre expérience.

Ça m'a fait beaucoup de peine de le voir comme ça, lui qui était un de mes personnages préférés. Ici, il n'est plus que l'ombre de lui-même.

Même la maman loufoque est reléguée loin derrière, et on ne la voit qu'en de rares occasions.

Donc, en ce qui concerne le rire et l'amusement, nous avons ici un sacré changement.

 

Par contre, pour le côté thriller, rien à redire !

Bon, apparemment je suis du genre assez naïve, en ce qui concerne les livres. Mais en tout cas, jusqu'à la fin je me suis demandée qui pouvait bien être cet admirateur, et quels pouvaient être les liens entre lui et les autres évènements survenant au même moment.

C'est bien ficelé, rondement mené, le suspens est savamment distillé et on a juste assez d'indices et de révélations pour garder notre intérêt éveillé et en alerte tout du long.

Ce n'est pas évident de parler de ce type d'histoire sans avoir peur d'en dévoiler de gros morceaux, donc je ne vais pas m'éterniser des heures dessus, mais j'ai passé un excellent moment, la lecture avançant rapidement et j'ai même été stressée par certaines scènes un peu glauques ou angoissantes bien écrites.

Le petit plus de ce titre étant, bien évidemment, les pouvoirs de Claire qui ajoutent une dimension fantastique et qui permettent de courts points de vue d'autres personnages sur telle ou telle scène.

Ce don n'est pas omniprésent, donc ne gâche pas le côté réaliste et plausible de l'histoire et de son intrigue, mais est juste assez présent pour y ajouter de l'originalité.

L'auteur a trouvé ici un bel équilibre et le rendu est hyper fluide, me faisant passer un excellent moment sans temps mort ou ennuis !

 

Mille mercis à Seuil Jeunesse pour cette lecture haletante et divertissante.

 

174866 112915142131742 6678647 n

D'autres avis chez Yukarie, Platinegirl et Sakinia.

 

Commandez Perception

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Thriller
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 09:10

9782253164623.jpg

 

 

Auteur : Stephen King

Éditeur : Le Livre de Poche

Prix : 7,60 €

Résumé :

 

Juste avant le crépuscule ... C'est l'heure trouble où les ombres se fondent dans les ténèbres, où la lumière vous fuit, où l'angoisse vous étreint ...
L'heure de Stephen King.
Treize nouvelles jubilatoires et terrifiantes.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Après avoir eu peur pendant 2-3 ans en découvrant à chaque fois les nouveaux King qui étaient, soyons francs, décevant, je dois dire que depuis Dôme, LE King est de retour ! Ce recueil confirme d'ailleurs ce comeback et renoue avec ceux qui ont marqués les lecteurs, comme Brume ou Différentes Saisons.
Comme d'habitude quand je chronique des nouvelles, quelques mots sur chacune d'entre elles :

 

Willa :
J'étais un petit peu perturbée au début, vu que l'on tombe dans cette histoire un peu comme un cheveux dans la soupe, sans trop savoir ce que l'on voit, ce que l'on fait là. Et plus les pages passent, plus on se rend compte que cette sensation était carrément recherchée par l'auteur. Et ça, c'est brillant.
Quand un groupe victime d'un accident de train attend patiemment le prochain, il y a des découvertes et des vérités parfois très dures à avaler.
Un texte d'abord étrange, ensuite très beau et poétique.

 

La fille pain d'épice :
Sûrement mon texte préféré ! Une femme qui veut prendre du recul dans son couple par dans le cabanon appartenant à son père, laissé un peu à l'abandon ces dernières années. Lors d'un de ses jogging quotidien, elle va se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment. L'insecte pris dans la toile de l'araignée.
Une histoire absolument terrifiante et abominable stressante, qui m'a fait penser à un mélange entre Jessie et Rose Madder. On va à cent à l'heure et je n'étais pas loin de suffoquer d'angoisse par moments. Époustouflant.

 

Le rêve d'Harvey :
Une nouvelle très courte, où un homme raconte à sa femme le rêve bizarrement réaliste qu'il a fait cette nuit. On retiendra surtout de ce texte son ambiance étrange, sentant le malaise, légèrement suffocante. On a l'impression de se réveiller d'un cauchemar, encore moite de la transpiration que celui-ci nous a provoqué. Rien de bien original ici, mais la plume et la narration fait toute la différence.

 

Aire de repos :
On sait que Uncle Stevie adore créer des personnages écrivains. Il le prouve encore une fois ici, où un auteur sur la route doit s'arrêter pour aller aux toilettes et entend une très violente scène de ménage dans celles-ci. La question étant : que va-t-il faire ?
C'est étrange comme, sans aucun élément fantastique, et avec un départ si banal, King arrive à nous offrir une histoire stressante à souhait, haletante et nous englobant tout entier dans son intrigue. Celle-ci nous tient en haleine jusqu'au tout dernier mot, impressionnant !

 

Vélo d'appart :
Un des thèmes récurrent des titres de Stephen : Et si quelque chose d'extraordinaire arrivait à quelqu'un d'ordinaire ? Si vous connaissez, cette histoire m'a beaucoup fait penser à une autre de ses nouvelles, "Quand l'auto-virus met cap au Nord". Un homme va peindre un tableau qui va changer sa vie à jamais. Encore une fois, une grosse impression de malaise m'a suivie pendant toute cette lecture, et il m'est même arrivé quelque fois de regarder derrière mon épaule après l'un ou l'autre paragraphe. Stephen King rendrait-il parano ?

 

Laissés-pour-compte :
Nouvelle très étrange, que je n'ai pas spécialement apprécié (c'est rare). L'auteur aborde ici les évènements du 11 septembre dans un récit étrange et original à propos d'objets qui reviennent sans cesse hanter un homme.
Bien que vraiment bien fichue, avec de chouettes personnages et une ambiance toute particulière, je n'ai pas été séduite par cette histoire. J'ai même décroché une ou deux fois pendant ma lecture, n'arrivant pas à vraiment rentrer dedans.

 

Fête de diplôme :
Alors qu'une jeune fille, venant de recevoir son diplôme, s'interroge sur son avenir, elle va voir quelque chose qui va le rendre bien, bien plus improbable ...
Très court récit, mais assez intense, laissant un goût amer sur le bout de la langue et quelques sueurs froides dans le dos.

 

N. :
Sûrement LE texte phare de ce recueil, vu qu'il a même eu droit à une série de court-métrages animés et a bénéficié d'une forte promotion, aussi bien à l'étranger qu'en France et en Belgique. Et franchement, après l'avoir lu, je comprend pourquoi !
Nous avons entre les mains les notes d'un psychiatre qui a comme nouveau patient, N., un homme atteint de très gros TOC. Quand N. lui expliquera les origines de ceux-ci, il plongera le regard dans un véritable gouffre de folie. Mais jusqu'où peut-on regarder sans y tomber soi-même ?
Affreusement dérangeant, carrément flippant et avec des images qui m'ont hantées pendant des jours, je crois bien que c'est la nouvelle la plus effrayante de ce recueil. j'en ai encore des frissons et une impression de malaise persistante quand j'y repense.

 

Un chat d'enfer :
Quelle surprise et quel plaisir de voir cette nouvelle ici ! Étant une fan d'horreur et fantastique depuis toute petite, un film m'avait marquée : Darkside, les contes de la nuit noire. Il y avait une histoire écrite par Stephen King parlant d'un homme engageant un tueur à gage pour éliminer un chat semblant semer la mort partout où il passe. Cette histoire n'avait jamais été commercialisée sur papier, voilà que c'est fait ! Je l'ai lue avec énormément de plaisir, me remémorant avec bonheur et nostalgie les images du film. Bien qu'âgée, en tout cas, elle n'a rien perdu de sa qualité et de sa saveur !

 

Le New York Times à un prix spécial :
Une histoire dont le ton change par rapport aux autres : une femme, s'occupant de ses invités après les funérailles de son mari, reçoit un coup de fil de celui-ci.
C'est un texte réellement très beau et, bien entendu, très triste. Il contient beaucoup de mélancolie, mais également beaucoup d'amour et de tendresse. Je l'ai lu avec un serrement au coeur, il m'a vraiment émue.

 

Muet :
Un homme va au confessionnal pour raconter l'étrange histoire qu'il lui est arrivé : il a pris en auto-stop un homme, sourd et muet, et a profité de l'handicap de celui-ci pour se confier et vider son sac. Après tout, grâce à la surdité de celui-ci, c'est sans conséquences ! Ou du moins, c'est ce qu'il croyait.
Superbement amené et magistralement développé, encore un récit ou le fantastique flirt allègrement avec la réalité et où la membrane qui sépare la folie de la santé de l'esprit est on ne peut plus ténue.

 

Ayana :
Superbe histoire parlant d'un homme qui va assister à la guérison miraculeuse de son père par le baiser d'une étrange fillette. Poétique, étrange, aux personnages très attachants, contenant des images d'une grande beauté et remplie de tendresse, c'est un texte que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, avec beaucoup de douceur, comme un baume sur le coeur.

 

Un très petit coin :
Une guerre entre voisins atteint son paroxysme et un de ceux-ci va devoir se dépêtrer d'une situation vraiment, vraiment merdique (si vous me pardonnez cette expression).
Je l'ai trouvée un peu longue à démarrer et je ne voyais pas trop où King voulait en venir. Mais quand le sujet principal commence, alors là, on s'accroche à son slip, on prend une grande bouffée d'oxygène et plonge dans un magma infâme, aussi bien dans le comportement humain que, et bien, que littéralement !
C'est un texte au final assez jouissif à lire, surtout pour son côté dégoûtant. On fait la grimace, on ricane et on souffre, tout ça en même temps !

 

Pour résumer, je dirais que c'est un très bon recueil de Stephen, extrêmement varié, très touche à tout, mais toujours de qualité. Le Monsieur aime jouer avec nous, il prend beaucoup de plaisir à écrire toutes ces histoires, et ça se sent. D'ailleurs, en plus de l'introduction, on a droit, à la fin du livre, aux notes de l'auteurs pour chacune des nouvelles. Je trouve ça génial de se plonger un peu plus dans son esprit et son imaginaire, pour savoir d'où viennent ces idées qu'il arrive à mettre en place.
On frissonne, on est ému, on rigole, mais surtout, on crève de trouille et on continue sa lecture les mains tremblantes, se demandant ce qu'il nous attend après, et on y pense à deux fois avant d'éteindre la lumière et de se mettre au lit ...
Encore et toujours, cet auteur mérite définitivement son surnom de Maître du Fantastique.

 

D'autres avis chez Korto, tigrou4145 et Canislibris.

 

Commandez Juste avant le crépuscule

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Horreur
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 19:35

74815357.jpg

 

 

Auteur : Karim Madani

Éditeur : Sarbacane (Exprim')

Prix : 15 €

Résumé :

 

Nom : Muller

Prénom : Clara

Âge : 16 ans et des miettes

Adresse : Paris, Ville Haute

Époque : le futur (2015)

Mail : borderline125@gmail.com

Lycée : Guillaume Apollinaire

Situation générale : Bizarre, étrange, fêlée

Situation particulière : Fille Frappée d'Opprobre (FFO)

Bande-son : Alice in Chains, Marilyn Manson

Films cultes : Requiem For A Dream, Orange Mécanique

 

Quand vous aurez ce journal en main, je serais déjà morte.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Voilà un livre très particulier, autant par son ton que par son contenu. Déjà, comment le classer ?

Je dirais que c'est un drame urbain futuriste axé adolescence. pas évident de le résumer autrement.

 

Clara est une jeune fille à part, et pas seulement parce qu'elle est rejetée à l'école. Sa naissance même, fine fleur de la technologie moderne, fait d'elle un être différent. D'ailleurs, elle est livrée avec une bizarrerie : elle arrive à faire des sortes de voyages astraux, lui permettant de se balader par la pensée dans d'autres quartiers de la ville, ou d'entendre des conversations se déroulant plusieurs pièces plus loin.

C'est quelqu'un qui a énormément de noirceur en elle, de violence. En elle, c'est puant, ça hurle, ça suinte, tout autant que dans les quartiers mal famés de la Ville Basse.

Et toutes ces ignominies en elle, il faudra bien qu'elles sortent un jour ou l'autre ...

 

Déjà, bien que visant un public assez jeune, je ne le conseillerais pas du tout aux moins de 13-14 ans. Ensuite, si vous vous apprêtez à commencer ce livre, accrochez-vous à votre slip !

C'est rare de voir autant de violence dans un livre pour ado. Bon, je n'ai pas dis qu'elle était gratuite, hein. On comprend pourquoi elle est là, elle a un but bien précis, partageant d'ailleurs le rôle principal avec Clara.

Mais quand même, c'est hard ! Que ce soit au niveau du vocabulaire (Seigneur ! Même moi je ne suis pas aussi vulgaire, et c'est pas peu dire ! ), de certaines scènes, dans l'esprit de Clara ou simplement de l'ambiance ambiante, la violence est partout.

Au début, c'est vraiment fortement déstabilisant, et je n'étais pas sûre du tout d'apprécier ça. Je vous avoue que j'ai lu plusieurs chapitres en faisant la grimace. Je ne comprenais pas, tout simplement.

Avec le recul, en connaissant mieux Clara et son environnement, et surtout après avoir lu la scène finale, je crois que j'y vois un peu plus clair.

Plus que l'histoire d'une ado mal dans sa peau, dans sa vie, c'est surtout, je pense, l'histoire d'une descende aux enfers. Un essais d'explication, comment les choses peuvent dégénérer au point d'exploser ?

 

J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages et, au final, même à l'histoire en elle-même. Je ne sais pas trop comment expliquer ça, une impression de malaise, la sensation que tout ce que je lis est sale, dégoûtant, puant la mort, le sang, le sexe, la drogue, la solitude, la folie.

La présence de dessins en tout genre tout au long de ce journal infirme aide fortement ce malaise à s'installer, d'ailleurs.

En fait, les films que Clara citent dans le quatrième de couverture sont assez parfaits pour vous illustrer ce que l'on peut ressentir pendant cette lecture. Rajoutez à cela quelques films futuriste remplis de villes sales où la violence est reine, et vous pouvez un peu mieux envisager ce qui se trouve dans ce titre.

 

Et pourtant, je l'ai englouti.

Je me suis retrouvée comme hypnotisée, à faire défiler les pages sans vraiment m'en rendre compte, totalement dégoûtée et effarée par ce que je lisais, mais voulant absolument connaître la suite.

Il faut dire que, malgré tous les côtés sombres de l'histoire, la plume de l'auteur est fluide et très visuelle, rendant la lecture extrêmement facile et légère, malgré la tension et le poids du récit.

Maintenant que je l'ai terminé, en fait, je ne sais toujours pas réellement ce que j'en ai pensé. Est-ce un livre choquant et déprimant, ou est-ce un titre brillant au regard neuf et incisif ?

Sûrement un peu des deux. C'est sûrement cette dualité qui est la plus dérangeante, au final. Je suis assez étonnée de la façon dont Karim Madani a réussi à me faire aimer un livre que, de base, j'aurais tout simplement détesté.

Par exemple, il y a beaucoup d'incohérences et d'exagérations, mais étrangement, on a l'impression qu'elles sont assumées et leur utilisation franche, sans détours, nous les fait accepter presque sans problèmes.

Assez déstabilisant, je dois dire. Et je crois d'ailleurs que c'est le terme qui décrirait le mieux ce livre. Déstabilisant.

 

Mille mercis aux Éditions Sarbacane pour ce titre coup de poing qui remue les tripes !

sarbacane.jpg

D'autres avis chez Mutinelle, Petit-lips, Moody, Lanyla, Suny, Azilis, Phooka, Priline, Fangtasia, L@ura, Mélo  et EloDesigns.

 

Commandez Le "Journal infirme " de Clara Muller

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Science-Fiction
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 15:48

the-walking-dead-l-ascension-du-gouverneur-par-robert-kirkm.jpg

 

 

Auteurs : Robert Kirkman & Jay Bonansinga

Éditeur : Le Livre de Poche

Prix : 8,10 €

Résumé :

 

Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n’y a pas plus redoutable que le Gouverneur. Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient.
Mais pourquoi est-il si méchant ?
Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est devenu ... le Gouverneur.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Cela fait un bon moment que les comics de Walking Dead envahissent les rayons des librairies et font de plus en plus d'adeptes à travers le monde. Ceux qui ne connaissaient pas encore l'histoire de cette épidémie de zombies ont vite été mis au parfum grâce à la série TV inspirée de ces comics. Après avoir conquis ces deux supports, la franchise s'attaque maintenant au marché littéraire, avec la sortie de cette histoire unique retraçant le parcours du Gouverneur à l'époque où il n'était encore que Philip Blake.

 

Alors que les morts se relèvent depuis quelques jours, nous suivons Philip Blake, sa toute jeune fille Penny, son frère Brian et ses deux amis d'enfance, Nick et Bobby qui survivent au jour le jour en essayant de trouver un endroit plus sûr où vivre.


Chaque jour apporte son lot de dangers, de morts, de traumatismes, de déceptions, d'horreurs, de peurs. Nous assisterons, impuissants, à l'accumulation d'évènements qui conduiront à créer, peut-être bien, le pire des monstres existant dans ce monde apocalyptique.

Je suis fan de Walking Dead, de base. J'ai tous les tomes du comics et je j’attends avec envie la sortie de chaque épisode de l'adaptation télévisuelle. Il était tout naturel pour moi de lire ce livre, du coup.
Et c'est certain, les fans adoreront ! Le personnage du Gouverneur est vraiment emblématique dans la saga, et il a marqué chaque lecteur, de par son charisme, sa cruauté, sa folie. Du coup, c'est vraiment intéressant, et en quelque sorte, réellement fascinant, d'assister à cette "mutation". Comment un homme ordinaire peut en arriver là ? Qu'est-ce qui fait que quelqu'un peut devenir un tel danger ?
C'est à ces questions que ce livre répond, et d'une façon absolument extraordinaire, en plus.

J'avoue que, au niveau de l'histoire en elle-même, il n'y a rien de bien neuf sous le soleil. Ça reste un bouquin de zombies assez classique, où l'on suit un tout petit groupe de survivants qui tente de se rendre d'un point A à un point B, tout en évitant de se faire manger, mais en perdant des gens, en faisant des rencontres, en construisant des choses, en se rendant compte que les vivants sont également devenus dangereux, etc ...
Ayant déjà lu quelques titres sur le même sujet, je n'ai rien vu ici que je n'avais déjà vu ailleurs. C'est dommage, mais en même temps, je pense que ce n'est vraiment pas évident d'innover en matière de zombies. L'Ascension du Gouverneur reste un très bon divertissement, cela dit, ce qui est quand même ce que l'on demande en premier à un livre, non ?
En même temps, même si je l'ai trouvé très classique, ça ne m'a pas empêchée d'être nerveuse à la lecture de certains passages, ou même d'être émue aux larmes pendant certaines scènes.
L'écriture, quant à elle, est parfaite pour ce genre de récit. Fluide, visuelle, acérée et sans concessions, elle nous offre une narration on ne peut plus agréable et immersive.

 

Une fois la première moitié passée, on assiste à un regain d'intensité, à un accroissement de l'action, et à pas mal d'évolutions dans les caractères des personnages.
Des esprits se brisent, des confiances sont mises à rude épreuve et tout semble exploser petit à petit, au fur et à mesure, en eux et autours d'eux.
C'est vraiment à partir de ce moment-là que j'ai trouvé le livre intéressant, où je me suis dit qu'il apportait véritablement quelque chose qui lui était propre.
Et la fin. Ho bon sang, la fin. Ce n'est que lors des toutes dernières pages que j'ai seulement commencé à envisager ce final, et il est très, très impressionnant. Cela me fait envisager le personnage du Gouverneur d'un tout nouveau point de vue, et je ne le regarderais définitivement plus de la même façon quand je relirais les comics !
En fait, rien que pour cette fin renversante, je conseillerais ce livre. Elle justifie à elle seule toute l'existence de ce titre, vous avouerez que c'est quand même assez formidable.

 

Pour résumer, je dirais :
1) Les fans adoreront suivre la genèse du Gouverneur et en savoir plus sur ce personnage phare.
2) Les aficionados des zombies risqueront d'être déçus par le manque d'originalité mais devraient y trouver leur compte avec de beaux fracassages de crânes.
3) Une fin magistrale avec un twist ending comme on en voit rarement dans ce genre de livre !
4) Pour les néophytes de Walking Dead, ce titre peut être une bonne entrée en matière dans cet univers, bien que le meilleur reste à venir.

 

D'autres avis chez Korto, Dahlia, Alexia et Michou.

 

Commandez L'Ascension du Gouverneur (The Walking Dead, tome 1)

Repost 0
Published by Archessia - dans Horreur
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 14:29

9782012023680.jpg

 

Auteurs : A. Rice, M. Stiefvater, T. Gratton, M. De LA Cruz & R. Caine

Éditeur : Hachette Jeunesse (Black Moon)

Prix : 14,95 €

Résumé :

 

"Je savais que c'était impossible. Que ce devait être un rêve. Il s'agissait du jeune homme, aperçu quinze ans plus tôt sur le quai d'une gare, et son beau visage lisse n'avait pas pris une ride.

Nous nous dévisageâmes, chacun à une extrémité de cette pièce obscure. Moi, hésitant sur le seuil. Lui, ébranlé d'avoir été surpris. Mon coeur s'arrêta."

 

Neuf histoires inédites d'amour impossible, signées par Anne Rice, l'auteur d'Entretien avec un vampire, et les maîtresses du fantastique : Rachel Caine, Melissa De La Cruz, Tessa Gratton et Maggie Stiefvater.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Un recueil de nouvelles. Cinq auteurs que j'aime beaucoup. Neuf histoires de romances paranormales.

Faites l'addition, et vous avez une Archessia très heureuse.

Vu les auteurs, le fait que ça soit des nouvelles et qu'en plus le livre n'est pas bien épais, je me suis ruée dessus dès qu'il est arrivé chez moi.

Et je peux vous assurer qu'il n'a pas fait long feu, puisqu'en quelques heures il était dévoré.

Ce n'est pas toujours évident de parler d'un recueil dans son ensemble, et en plus, je n'aime pas ça. Voilà.

Du coup, vous aurez droit à un p'tit mot pour chaque récit, c'est encore ce que je préfère !

 

Le Maître de Rampling Gate (Rice) :

Le titre phare de ce bouquin, c'est l'histoire la plus longue et elle est écrite, excusez du peu, par Anne Rice.

On y fait la connaissance d'un frère et d'une soeur ayant reçu une demeure comme héritage, avec consigne d'en détruire jusqu'à la dernière brique.

C'est un récit classique qui n'apporte rien de nouveau au mythe, mais la plume possède un cachet vraiment savoureux qui nous emporte instantanément dans une ambiance brumeuse à souhait, entre onirisme, passion et frayeurs.

Vraiment très joli et intriguant, tout cela m'a laissé rêveuse.

 

Portrait (Stiefvater) :

Ha ben voilà, ici nous avons de l'originalité ! Une jeune fille qui passe sa vie enfermée dans une pièce sans fenêtres, car elle ne peut s'empêcher de peintre des visages. Ceux qu'elle représente sur ses toiles meurent quelques jours après.

J'ai été séduite par cette fille tenue à l'écart du monde et qui va, pourtant, rencontrer quelqu'un pour lui tendre la main. Par contre, j'aurais dû préparer des mouchoirs, j'ai eu le coeur brisé ...

 

Loup, y es-tu ? (Stiefvater) :

Les fans des Loups de Mercy Falls vont, je suis sûre, adorer ça ! C'est tout simplement le premier jet de l'auteur sur ce qui sera, quelques temps après, Frisson, le tome qui nous a fait connaître Maggie Stiefvater.

On y voit les prémices de la mythologie de ses loups et on y rencontre les esquisses de ses personnages. On y trouve déjà la poésie si particulière présente dans la trilogie, et c'est un véritable plaisir de se plonger dans ce petit bout d'histoire qui en annonce de si grandes et poignantes.

C'est beau, c'est superbement écrit, c'est douloureux et plein d'espoir en même temps.

 

Le dernier jour du printemps (Stiefvater) :

Décidément, on a droit a sacrément d'originalité de la part de cette auteur ! Ici, imaginez un monde où Papillon désigne une sorte d'être humanoïde ne vivant que 3 jours, et traité comme un déchet de la société.

Encore une fois, la poésie et la douleur sont au rendez-vous, avec ce texte vraiment superbe, petite bulle d'amour et de compassion dans un univers qui en manque cruellement.

Le message véhiculé, bien sûr, est on ne peu plus touchant, et l'émotion nous submerge au fil de la narration.

J'aurais vraiment du prévoir les mouchoirs quand j'ai ouvert ce bouquin ...

 

Le Cavalier amoureux (Gratton) :

Alors là, j'ai trouvé ça génial ! On suit Katrina qui essaye de vivre sa vie le plus normalement possible alors que ... le Cavalier sans tête est épris d'elle.

En plein Sleepy Hollow, voici un point de vue entre romance et horreur qui m'a totalement conquise. Franchement, une histoire comme ça, j'aimerais en lire tout un roman, et pas seulement une nouvelle.

Vraiment très sombre, ne lésinant pas sur le sang et pourtant avec cette touche d'innocence que dégage la jeune fille, c'est un récit que j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre, mais qui avait, à mon grand désarrois, un goût de trop peu.

 

Vampire en cage (Gratton) :

Comme son titre l'indique, voici l'histoire d'une fille dont le père garde un vampire en cage dans leur cave, parce que ça porte bonheur à la maison.

Au bout d'une dizaine d'année, alors qu'elle doit régulièrement descendre pour le nourrir, ces deux êtres en sont venus à partager une certaine complicité, et c'est surtout elle qui est séduisante à lire.

Très courte histoire, mais néanmoins agréable, et je l'ai terminée avec un sourire au visage.

 

Shelter Island (De La Cruz) :

Une fille et sa mère qui vivent dans une énorme maison servant d'hôtel durant la saison touristique. Des évènements étranges s'y déroulent et, une nuit, la jeune fille va devoir faire face à ce qui les déclenchent.

Rien de très original, cela reste néanmoins une histoire sympathique à lire. Ce que je lui reprocherait cependant, c'est de contenir certaines longueurs, ce qui est quand même le comble pour un texte court.

 

L'histoire de Sam (Caine) :

On ne peut pas faire plus clair comme titre, vu qu'il s'agit ici tout simplement de la biographie de Sam, personnage de Vampire City, un des titres phares de l'auteur.

Je ne lis pas cette série, donc je peux pas vraiment être juge sur le fait de savoir si c'est génial ou non de connaître tel ou tel détail de la vie de ce personnage, mais ça ne m'a pas empêché pour autant de passer un bon moment, vu que la plume de Rachel Caine est un vrai bonheur.

 

Pour l'amour de Grace (Caine) :

Ho bon sang, sûrement la nouvelle que j'ai préférée, qui m'a atteint comme un coup de poing dans le coeur.

Un jeu d'échec entre un ange et un démon, des obligations à remplir, des enjeux qui les dépassent et, au milieu, Grace et son âme.

Une histoire de damnation et de salut, de choix, de différences mais, surtout, une histoire d'amour, puissante, vibrante, effrayante, déchirante et passionnante.

Un véritable coup de coeur, un récit qui justifie à lui seul l'acquisition de ce recueil.

J'ai été envahie par un flot d'émotions qu'il est tout simplement inutile d'essayer combattre. Un incroyable bijou.

J'aurais définitivement dû investir dans une boite de mouchoirs ...

 

Dans son ensemble, c'est donc un excellent recueil qui contient de véritables pépites et des récits vraiment originaux.

Tous sont, dans une certaine mesure, émouvants et vous en trouverez au moins un pour vous remuer les tripes.

Ce qui est génial, c'est d'avoir réussi à réunir des auteurs qui ont chacun une plume qui, en général, se démarquent déjà bien des autres. On a ici des noms très talentueux, surtout dans le monde de la romance fantastique, et si vous chercher des petits bouts d'elles-même, des petites pépites de cette catégorie, alors vous êtes complètement tombé sur le bon livre.

Cette lecture n'a été que plaisir, qu'il soit sage et apaisant ou passionnant et douloureux.

 

Mille mercis à Hachette Jeunesse pour ce titre qui m'a fait chavirer !

 

partenariat-LA

D'autres avis chez Simi et Gr3nouille2010.

 

Commandez Le Maître de Rampling Gate

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Romance Fantastique
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 13:10

9782840553519v.jpg

 

 

Auteurs : Barral & Veys

Éditeur : Delcourt

Prix : 10,95 €

Résumé :

 

Saviez-vous que Watson doit une grande partie de sa popularité à une méduse ? Que Holmes pratique parfois le cambriolage ? Et seriez-vous capable de trouver un rapport entre un diable en boîte, un haltère, un réveil-matin, un cactus et une masse d'armes ? Non ? Eh bien plongez-vous dans les carnets secrets du Dr Watson, miraculeusement exhumés par deux "froggies"...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Voilà une vision de ce célèbre duo Britannique que j'ai pris énormément de plaisir à découvrir !

Dans celle-ci, c'est bel et bien l'humour qui a la part belle, aussi bien celui des dialogues que des situations, les uns comme les autres totalement drôlissimes.

 

Dans cette version, Watson a un peu tendance à faire des déductions plus pertinentes de Holmes, qui a un fort penchant pour le théâtral et le grandiloquent.

Parfois, la réponse est l'option la plus simple, pas besoin de chercher midi à quatorze heures !

Avec un Watson fort gourmand ayant la main leste avec les bouteilles, une Madame Huston brute de décoffrage aux recettes culinaires ... originales et un Lestrade gaffeur et quelque peu innocent, nous avons ici une belle brochette de champions et la certitude de passer un excellent moment tout à fait délectable.

 

J'aime que, bien que ce soit une BD 100% humoristique où les éclats de rire sont fréquents, les auteurs aient réussis à insuffler à l'oeuvre ce flegme so British qui caractérise l'oeuvre de Sir Conan Doyle.

C'est assez jubilatoire de retrouver ces personnages cultes dans des situations parfois complètement abracadabrantes, de les voir se faire gentiment ridiculiser de temps en temps. Je ne sais pas comment l'expliquer clairement, mais c'est comme si cela nous les rendait plus accessibles, plus proches.

C'est une BD réellement géniale, brillante, intelligente, extrêmement drôle tout en gardant une certaine finesse.

 

Je n'ai pas trouvé le dessin en lui-même exceptionnel ou de toute beauté, mais il faut bien dire que les expressions faciales ont un rendu parfait pour ce type d'ouvrage, et elles appuient à merveille sur l'effet comique.

J'ai adoré également le soucis du détail, et le fait qu'il faille parfois fouiller un peu du regard telle ou telle scène pour y trouver un élément humoristique supplémentaire.

 

Voilà un titre que je conseille pour ses énigmes à deux sous, ses personnages revisités et son ambiance toute particulière. Parce que, une chose est sûre, pour réussir une telle BD, je suis certaine que les auteurs sont de grands fans du célèbre détective, et bien que loufoque, cet ouvrage est, à n'en pas douter, un bien bel hommage !

 

Commandez Baker street t.1 : sherlock holmes n'a peur de rien

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 14:31

9782253164630.jpg

 

 

Auteur : Jaye Wells

Éditeur : Le Livre de Poche

Prix : 7,10 €

Résumé :

 

Ne pas oublier :
1) d’infiltrer le clan rival et d’assassiner leur chef,
2) de se débarrasser du démon qui s’est incrusté à la maison,
3) d'oublier ce vaurien de mage, même s’il est canon,
4) de trahir ma famille.

 

Sabina est une métisse. Moitié-vampire moitié-mage, elle exerce le seul métier possible pour une paria dans son monde : assassin. Mais la guerre couve entre les vampires et les mages, et Sabina est envoyée pour infiltrer un des deux clans et tuer son chef ...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Voilà un titre bit-lit bien pêchu, avec tous les ingrédients pour passer un moment explosif où l'on ne s'ennuie pas un seul instant !

 

Non seulement Sabina vient de tuer son meilleur ami car elle n'a pas eu le choix que de suivre les ordres de sa grand-mère, patronne du clan des vampires, mais en plus voilà que quelqu'un a envoyé un démon chez elle et qu'elle ne connaît aucun moyen pour le renvoyer chez lui ! La journée était déjà bien pourrie, mais elle apprend en plus que sa grand-mère a décidé de l'envoyer pour une nouvelle mission : grâce à ses origines métissées, elle doit s'infiltrer dans un autre clan et en tuer le chef. Pour une fois qu'elle ne se ferait pas cracher dessus à cause de sa mixité ...
Le problème, quand on gagne la confiance des gens, c'est qu'ils se confient, et Sabina en apprendra bien plus sur son véritable passé qu'elle n'aurait cru possible. Qui croire, alors que se prépare une guerre monumentale autours d'elle ?...

 

Je ne sais même pas par quoi commencer, tellement j'ai adoré ce livre !
Allez, les personnages : Sabina d'abord, qui ne déroge pas à la règle des héroïnes bit-lit. Une jeune femme forte, au caractère bien trempé, qui sait se battre et même tuer, très belle et qui a ce petit quelque chose qui la rend unique. Pour Sabina, ce sont ses origines, moitié-vampire, moitié-mage. Étant donné que les deux races se font la guerre depuis des temps immémoriaux, autant dire qu'elle n'est pas spécialement bien vue, surtout auprès de sa grand-mère, siégeant aux commandes du clan et ultra conservatrice. Une enfance bourrée de lois, de réprimandes, de mépris et d'obligations a fait de Sabina une personne plutôt froide et toujours sur ses gardes, n'acceptant que peu volontiers à se lier avec les gens. Malgré tout, elle sait faire preuve de beaucoup d'humour et a parfois un côté nonchalant que j'aime particulièrement.
Il y a pas mal de personnages qui gravitent autour d'elle dans ce tome, mais je vais me permettre de ne vous parler que de mes préférés avec, à leur tête, Giguhl, le démon ! Ho bon sang, qu'est-ce que je l'adore ! Et pourtant, on ne peut pas dire que ça soit le canon du groupe. Mais c'est juste son caractère, sa dégaine, sa répartie et son attitude qui font tout. Ce démon est gé-ni-al, il apporte une touche de loufoquerie au récit, et chaque passage où il apparaît n'est que bonheur, je suis super fan, indéniablement.
Il y aussi Pervenche, la nymphe adorable-mais-pas-que. Elle est la part de douceur du livre, elle est adorable et me donnait envie d'avoir quelqu'un comme elle dans mes amis.
Enfin, il y a ce fameux mage, personnage masculin ne payant pas de mine aux premiers abords mais dont l'importance grandira au fur et à mesure, bien entendu. Je dois dire que je n'ai pas été totalement sous le charme, que ce soit sentimentalement ou plus "physiquement". Pourtant, il ne manque pas de charisme et de prestance, et c'est un personnage que j'aime beaucoup, mais il ne m'a pas emballée plus que ça, au final.
Ha, j'ai faillis oublier ! Le grand méchant de ce tome, réellement bien construit, avec un charisme absolument incroyable. J'aurais voulu le voir un peu plus développé, mais je dois bien dire que, chez les mâles présents, c'est bel et bien lui qui m'a le plus impressionné.
On a vraiment ici une belle brochette très variée, et bien que l'on passe parfois beaucoup de temps avec certains, on sent quand même que ce n'est que le début et qu'on ne fera que les connaître encore mieux dans le futur. Chouette !

 

Pour ce qui est de l'histoire, j'ai adoré autant que les personnages qui la peuplent !
Dès les premières lignes, on est confronté à la dureté de la vie de Sabina, et à sa façon de penser, totalement endoctrinée par sa grand-mère. On apprend également très vite l'histoire des vampires et leur genèse, originale, intéressante et vraiment facile à comprendre ! (Pour moi qui n'ai aucune mémoire, ça aide quand les explications sont claires comme le cristal, ce qui est le cas ici) Je ne vais pas vous en dire plus à ce sujet, car ça serait dommage de gâcher cette surprise, mais je peux vous dire que j'ai adoré découvrir cet historique et ses explications, c'est vraiment fascinant.
Le suspens est savamment dosé, s'intensifiant au fil des chapitres. Les révélations, au lieu d'arriver toutes en même temps à la fin, sont disséminées dans l'histoire, donc nous apprenons en même temps que Sabina, pas à pas, les éléments qui lui étaient inconnus.
Alors, bien entendu, il y a des révélations finales. Mais j'apprécie le fait qu'il y en ai aussi des petites dans le courant du livre. C'est un plus, pour moi.
Ce que j'ai également aimé, c'est que ça ne soit pas simplement un bouquin de bit-lit sombre, torturé, avec un peu de violence et de sexe (d'ailleurs, fait notable, il n'y en a quasi pas, et j'ai envie de dire tant mieux). Il y a beaucoup d'humour et de légèreté, par exemple. Les dialogues ne sont pas que piquants et acérés, ils sont aussi drôles, parfois loufoques et souvent très colorés, mais toujours extrêmement naturels. Ils ajoutent énormément de crédibilité et la lecture n'en est que plus prenante, immersive.

 

La plume de Jaye Wells est excellente, fluide, visuelle, elle sait jongler à la perfection avec les descriptions, les dialogues, les scènes d'action ou du quotidien, l'expression des sentiments et elle sait poser des ambiances à la perfection. Elle nous fait passer du rire à l'angoisse ou à la tendresse en un claquement de doigts, j'ai été très impressionnée par la facilité dont tout avait l'air de couler tout seul, et j'ai pris un immense plaisir, du début à la fin, à savourer ce premier volume des aventures de Sabina Kane.
Je crois que je viens de trouver une nouvelle héroïne à chouchouter.
Ce titre est un coup de coeur pour moi, et je suis persuadée qu'il en conquerra encore de très nombreux !

 

D'autres avis chez Fangtasia, Azarea, Heclea, Micah, Alys, Chou:), Mycoton32, Poison, petit-lips et Nessa.

 

Commandez Sabina Kane tome 1 : Métisse

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Bit-lit
commenter cet article

C'est Moi Que V'là

  • : Les mots d'Archessia
  • Les mots d'Archessia
  • : Chaque lecture, qu'elle soit livresque, BD-esque, manga-esque ou autres mots avec esque derrière, a droit à un avis avec plein de mes émotions dedans. Avec de vrais morceaux de tripes (miam), de larmes et de fous-rires.
  • Contact

Suivez moi

logo-facebook.jpg

 

http://www.wikio.fr

Fouillez Dans Le Blog

Mes défis

Vous me trouverez là

logo4

http://www.libfly.com/public/images/logo-libflybis.gif

Wikio - Top des blogs - Littérature

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Archessia sur Hellocoton

Mes fournisseurs de rêves

56547434.jpg

monde manga akata

Bayard-Jeunesse1

Editions-Mango.jpg

JC-Lattes

partenariat-LA.jpg

logo martiniereJfiction (1)

milady

167393 158310624217059 158310477550407 304906 621801 n

Logo.jpeg

logo_nathan.jpg

logo-plon.gif

226582 200723769971150 195864473790413 530993 1388427 n

313668_201249833289112_196087323805363_432024_1020967011_n.jpg

174866 112915142131742 6678647 n

Logo-Albin-Michel-Wiz.jpg

 

Trions Tout Ça

 

 

bonial – prospectus et catalogues des magasins à proximité pour moins de co2