Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 14:17

1208-attachement org

 

Le coup de foudre est possible, même avant le premier regard !
1999. Lincoln, gentil geek aux faux airs d’Harrison Ford, travaille dans une entreprise où son rôle consiste à contrôler les e-mails des employés. C’est ainsi qu’il parcourt les échanges de Jennifer et de Beth, deux copines aussi drôles et imprévisibles qu’attachantes.

Sans même l’avoir vue, Lincoln va tomber amoureux de Beth. Mais comment lui déclarer sa flamme sans passer pour un fou ? Surtout que la jeune femme semble avoir un faible pour un « inconnu » qui travaille dans le même immeuble…

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Moi qui croyais que les "pures romances" contemporaines se ressemblaient toutes et n'étaient pas pour moi, Attachement m'a fait changer d'avis en quelques pages seulement !

Je n'aurais jamais pensé m'amuser, rire, pleurer, fondre, couiner autant pour ce titre, et pourtant, me voilà complètement fan de ce petit bouquin absolument renversant et délicieusement touchant.

Grâce à Milady, c'est avec une immense joie que j'ai 4 exemplaires de Attachement à vous proposer !

 

Et pour cela, rien de plus simple :

 

Répondez aux questions et envoyez-moi vos réponses et vos coordonnées à archessia@gmail.com (avec comme titre "concours Attachement" ) avant le dimanche 23 septembre à minuit.

Le tirage au sort sera effectué le lundi matin, et le résultat sera publié à ce moment-là.

Les envois seront limités à la France et la Belgique.

 

Un minimum de politesse est demandé, s'il vous plaît. Je ne demande pas des courbettes ou mille formules alambiquées    Sachez juste que les mails ne contenant QUE la réponse et les coordonnées ne seront pas pris en compte, tout simplement.

 

Vous pouvez obtenir des chances supplémentaires en :

- relayant ce concours sur Facebook [+1]

- relayant ce concours sur Twitter [+1]

- relayant ce concours sur votre site/blog [+1]

- relayant ce concours sur Google + [+1]

- likant ma page sur Facebook   [+1]

 

Maintenant, les questions :

 

- Comment s'appelle la traductrice française de Attachement ? (Indice)

- À quoi jouent les copains de Lincoln ? (Indice)

 

A vos claviers, et je vous dis à dans deux semaines pour le tirage au sort !

 

Bonne chance à tous !

 

Les gagnants sont :

 

Hélène D. (02300)

Mélanie R. (87510)

Audrey H. (14100)

Julie T. (31000)

 


Félicitations à elles, merci à tous les participants et à très bientôt pour de nouveaux concours !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Concours
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 12:58

j-heska_photo-systeme.jpg

 

Archessia : Bonjour J. Heska ! C’est un plaisir de te retrouver ici, merci de nous accorder de ton temps pour répondre à ces quelques questions.

 

J. Heska : Tout le plaisir est pour moi ! Comme c’est la seconde fois que je viens ici et que je commence à me sentir plus à l’aise, je suis venu en pantoufles et j’ai laissé mon costume au placard pour un classique jean / tee-shirt, j’espère que cela ne te dérange pas ;-)

Plus sérieusement, merci beaucoup pour cette invitation !

 

A : Il y a un peu plus d’un an, tu t’étais déjà prêté au jeu de l’interview, pour ma grande joie. Après ce temps, est-ce que certaines choses ont changées pour toi et tes livres ?

 

J : Plein de bouleversements !

Alors, en vrac :  J’ai écrit mon second roman (On ne peut pas lutter contre le système), j’ai plaqué l’éditeur de mon premier roman (Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir), je me suis lancé dans l’aventure de l’auto-édition via Amazon, j’ai plaqué (encore) mon hébergeur de blog actuel et j’ai migré la totalité de mes articles sur Wordpress (une vraie galère, crois-moi), je suis entré dans le TOP vente Amazon, j’ai vendu pour la première fois des e-book via kindle, et plein d’autres choses qui ne méritent pas d’être citées.

 

Bref, en résumé j’ai beaucoup gagné en liberté, au prix d’un travail colossal et de quelques cheveux arrachés, mais je ne regrette rien car je mène ma barque comme je l’entends, et que les choses n’ont jamais autant marché pour moi.

Et côté vie personnelle (petite curieuse ;-) ), rien n’a bougé : je vis toujours avec mon chat colérique dans ma belle, glorieuse et éternelle Dijon bourguignonne.

 

"[...] j’aime observer la façon dont les sociétés se créent, évoluent, se transforment, s’effondrent."

 

A : Instant promo : c’est le moment de nous vendre ton dernier titre, On ne peut pas lutter contre le système. Que dirais-tu aux lecteurs pour leur donner envie de le lire ?

 

J : Allez hop, je vais commencer par mettre le quatrième de couverture, ça ne mange pas de pain :

 

"Le système financier mondial vient de s’écrouler. Il ne s’en relèvera pas, plongeant toute une civilisation dans le chaos.

Lawrence Newton a accepté sa destinée. Il a renoncé à ses espoirs, à ses convictions, et à l’amour de sa vie pour suivre les traces de son père au sein du consortium HONOLA.

Samson Bimda est le chef d’un village au nord de l’Ouganda. Les semences OGM vendues par la compagnie ruinent ses champs et ne lui permettent plus d’assurer sa subsistance.

Clara, Hakim et Louise sont trois militants au sein du mouvement écologiste GreenForce. Au hasard d’une de leurs actions, ils tombent sur des documents compromettants qui vont modifier radicalement la face du monde.

À la veille du plus grand sommet européen déterminant l’avenir de millions de personnes, chacun doit défendre ses intérêts, quitte à en payer le prix le plus lourd."

 

Quel résumé alléchant, n’est-il point ?

Sinon, j’ajouterai que c’est un roman choral qui trace les derniers instants du monde financier tel que nous le connaissons. Un thriller intelligent qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde, avec beaucoup d’action, de l’humour, et de l’amour.

Mais attention, même si les sujets évoqués peuvent paraître assez lourds, cela reste avant tout divertissement pur jus ! L’essayer, c’est l’adopter !

 

A : Tes deux romans parus sont très différents l’un de l’autre. Est-ce une envie consciente de te diversifier, ou le sujet s’est-il imposé de lui-même?

 

J : Les deux, mon capichef !

Il y a tout d’abord ma démarche d’auteur qui, effectivement, tend vers la diversification. J’ai besoin d’évoluer, de me lancer des défis, et surtout pas de m’enfermer dans un style. Si je faisais toujours la même, je m’ennuierais et je ne prendrais plus de plaisir. Et puis, je ne veux pas qu’on puisse dire de moi « Boarf, J. Heska c’est toujours la même chose ». !

 

Ensuite, le sujet s’est également imposé de lui-même. Je suis un grand fan de thématique sociale : j’aime observer la façon dont les sociétés se créent, évoluent, se transforment, s’effondrent. Et quoi de plus pertinent pour symboliser nos changements sociétaux actuels que la finance mondiale et l’environnement. La forme du thriller s’est également imposée à moi parce que j’avais envie d’un rythme fort avec de la stratégie de haut vol. Hop, On ne peut pas lutter contre le système était né !

 

"[...] la recherche de la connaissance fait partie du plaisir que j’ai à écrire un roman."

 

A : On ne peut pas lutter contre le système est un roman détaillé, avec beaucoup d’aspects techniques, aussi bien dans l’économie que la science ou même la politique. Je suis curieuse de savoir comment se sont déroulées tes recherches. N’ont-elles pas été compliquées par moments ?

 

J : Mes recherches ont été de deux ordres :Tout d’abord la base théorique sur la finance mondiale et l’environnement : outre une culture générale découlant d’une curiosité naturelle, c'est un énorme travail de recherche et de documentation qui m'a pris presque un an, et pioché un peu partout : livres (j’ai une bibliographie longue comme le bras), documentaires (youtube est une vraie mine d’or), sites web, journaux, etc. Je me suis nourri, j’ai ingurgité, puis j’ai pris du recul pour créer l’arrière-plan du roman.

 

Ensuite, il y a eu beaucoup d’inspiration dans mon quotidien professionnel pour la composante politique et stratégique. Je travaille en effet dans un milieu proche du monde politique (même si je n'en fais pas partie, heureusement), je vis au quotidien les recombinaisons stratégiques, les négociations, les chantages, pour arriver à des finalités qui parfois laissent l’intérêt général de côté. Tout cela a énormément nourri ma réflexion personnelle sur le « système ».

Compliqué ? Pas vraiment, car la recherche de la connaissance fait partie du plaisir que j’ai à écrire un roman.

 

A : Il y a beaucoup de personnages dans cette histoire, et ils sont tous très différents les uns des autres. Y en a-t-ils avec qui tu as pris plus de plaisir à l’écriture?

 

J : Mes personnages sont mes petits bébés à moi, alors me demander celui que je préfère, c’est un véritable crève-cœur ! Tous sont différents et je les apprécie pour leurs qualités et leurs défauts : j’aime l’entêtement et la douceur de Clara, le franc-parler de Louise, le mystère qui entoure Marty, le côté un peu brut de Victor et même, l’inhumanité de Safia.

Mais allez, je vais te faire une confidence. Je craque pour le personnage de Marty, mais c’est le côté grand-gamin-qui-aimerait-bien-être-un-super-espion-international qui s’exprime en moi.

 

A : Personnellement, j’adore le choix de la couverture. Est-ce toi qui t’en es chargé ?

 

J : * Se met à bomber le torse *

 

Et oui, c’est tout moi ! Mon choix initial a été dicté par une volonté de simplicité, d’ergonomie, et aussi, il faut l’avouer, logistique. J’avais depuis longtemps dans l’idée de faire une couverture sobre sans titre ni nom d’auteur, avec un simple logo (j’ai malheureusement dû changer depuis à cause d’Amazon…). N’étant pas graphiste de profession, cette volonté a encore été renforcée quand je suis passé en autoédition.

Mon choix s’est naturellement porté vers le symbole de l’euro, qui résumait toute la thématique du roman. Après divers tests (au début, l’euro était une sorte de néon dans lequel était incrusté des images représentatives du roman), finalement mon choix c’est arrêté sur cet euro en flamme : simple, sobre, efficace, parlant.

 

J’ai d’ailleurs perpétué l’idée, puisque la réédition de Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir reprend ce style de couverture. Les suivantes suivront le même schéma, c’est un peu la marque de fabrique des (auto)éditions Seconde Chance !

 

"Quand j’ai décidé de publier On ne peut pas lutter contre le système, j’ai voulu le faire selon mes conditions."

 

A : Précédemment, tu m’avais expliqué comme il avait été difficile de te faire éditer la première fois. Est-ce que cela a été plus facile cette fois-ci ?

 

J : Facile, oh non. Mais différent, ça c’est sûr ! Pour faire une petite digression, Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir a été publié à vrai compte d’éditeur après bien des galères (comme je te l’avais effectivement raconté lors de la précédente interview). J’ai eu un très grand distributeur, une belle attachée de presse, un éditeur très occupé, une correctrice, un maquettiste, etc.

 

Ce fut une expérience intéressante qui m’a ouvert les yeux sur ce monde qui ne me convenait guère, loin de l’image qu’on souhaite lui donner : mon éditeur n’a jamais pris le temps de lire mon livre, l’attachée de presse avalait des petits fours dans les dîners mondains sans même imaginer faire son travail, les journalistes ne souhaitaient recevoir un service de presse que pour pouvoir le refourguer sur e-bay plus cher (car dédicacé), les librairies ne s’intéressaient qu’à Marc Lévy, le diffuseur s’inscrivait aux abonnés absents. J’ai pris très peur lorsque j’ai vu les commissions que tous ces intermédiaires avalaient goulûment.

 

Comme j’avais dépensé beaucoup de temps et d’énergie pour rien (car au final je n’ai jamais été payé par mon éditeur, une arnaque visiblement courante dans le milieu), je voulais me recentrer sur l’écriture. Quand j’ai décidé de publier On ne peut pas lutter contre le système, j’ai voulu le faire selon mes conditions.

Je me suis donc auto-édité. Dans ce domaine, il y a une volonté, des outils (impression à la demande, livre numérique, etc.) et une énergie qui stimulent ma démarche. Le tout à des coûts réduits. On pourrait croire à tort que cela a été plus simple, mais au contraire, cette démarche réclame un travail phénoménal et une motivation sans faille, car l’auteur est au centre de tout.

Ce n’est pas simple tous les jours, mais j’assume ce prix de la liberté !

 

A : Je me demande, as-tu des petits rituels, des habitudes lors de l’écriture ou des dédicaces ?

 

J : Vu que je ne suis pas trop « rituel », et que ta question m’a posé une vraie réflexion de fond au point de remettre en cause mon moi intérieur, je me suis dit que je devais trouver un truc afin de ne pas me perdre corps et âme dans le mysticisme ;-).

Voici donc en exclusivité le seul petit rituel pour l’écriture : la musique, et pas n’importe laquelle, toujours une bande originale de film. Tu en veux en savoir plus sur ce que j’écoute, tu peux suivre ce lien : http://www.jheska.fr/musique-roman-on-ne-peut-pas-lutter-conre-le-systeme/

 

"Je crois que (l'écriture) c’est une soupape de sécurité ..."

 

A : L’écriture semble avoir une place prédominante dans ta vie. Laisse-nous jouer les voyeurs : comment se déroule une journée type de ton quotidien ?

 

J : Le réveil sonne, je me lève. Je me traîne péniblement vers la salle-à-manger, le chat me saute dessus et miaule à m’exploser les tympans. Je vérifie que la gamelle contient bien un fond de croquettes et puis…

 

Ah, tu veux dire en rapport avec l’écriture ? Et bien en fait, l’écriture a vraiment une place très importante dans ma vie, c’est vrai. Je crois que c’est une soupape de sécurité qui m’empêche de devenir dingue et de débarquer au boulot un fusil à pompe à bout de bras pour tirer sur mes collègues avec un slip sur la tête et tatoué au ketchup sur le torse « no future » (bonjour à mes éventuels collègues qui liraient l’interview) ;-).

Mais pour tout t’avouer, je vis le même quotidien que beaucoup de monde sur cette planète : j’ai un boulot qui me prend beaucoup de temps, une famille, des amis, des obligations, etc. C’est juste qu’au lieu d’aller au foot, de regarder la télévision, voire de dormir, j’écris. J’aimerais avoir plus de temps, mais c’est comme ça !

 

A : Et maintenant ? Que nous réserves-tu pour l’avenir ? Des projets sous la manche ?

 

J : Tout plein, comme d’habitude ! Je prépare le petit troisième, qui va aborder les mêmes thématiques sociétales mais en lorgnant du côté fantastique. Et il n’est pas impossible que je prépare une petite surprise du côté de « Un monde idéal » avant la fin de l’année. Mais chut, ça reste entre nous :-)

 

A : Pour le fun : une question qu’on ne t’a jamais posée et à laquelle tu aimerais répondre ?

 

J : «  Bonjour, je suis un extra-terrestre de la planète ZORG 567 et je suis un vrai fan ! D’ailleurs sur ma planète, vous êtes considéré comme le plus grand auteur de la galaxie, devant Guillaume Musso et l’amide BLORG 567A. Ça vous dirait de prendre ma soucoupe et de faire une séance de dédicace là-bas ? »

 

A : Mille mercis à toi, et à très bientôt pour d’autres aventures !

 

J : Merci à toi ! C’est toujours un grand plaisir de répondre à tes questions. J’espère qu’on pourra remettre ça l’année prochaine !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Retrouvez mes chroniques de :

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir.

On ne peut pas lutter contre le système.

 

Le site de J. Heska.

 

Commandez Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir

Commandez On ne peut pas lutter contre le système

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Interview
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 14:44

Le-Bureau-Des-Complots-Jeremy-Mahot

 

 

Auteur : Jérémy Mahot

Éditeur : Delcourt (Shampooing)

Prix : 12,50 €

Résumé :

 

Et si une agence secrète était derrière toutes les catastrophes de l'histoire ?
Et si personne n'avait jamais marché sur la lune, que Lee Harvey Oswald n'était pas le meurtrier de Kennedy et que toutes les théories conspirationnistes disaient la vérité ?

Le Bureau des Complots vous plonge au coeur du secret, dans le petit quotidien cynique de ces mystérieux hommes de l'ombre...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Voilà une bien étrange petite BD !

J'ai été tentée par celle-ci d'abord pour son sujet, et apparemment par la façon cynique dont il est traité, ensuite pour son graphisme particulier.

Est-ce que tout cela est un mélange gagnant ?

Hmm, peut-être.

 

Comme vous l'aurez compris grâce au quatrième de couverture, nous entrons ici dans l'envers du décors d'une petite organisation gouvernementale, la plus secrète au monde, dont même le FBI et la CIA ignorent l'existence.

On y rencontre Henry, en 1999, un employé banal, qui nous raconte son quotidien pendant la préparation du prochain dossier de l'agence : des attentats dont la date est déjà prévue longtemps à l'avance.

 

"- Mais vous avez déjà une date de prévue ou pas ?

- Oui, le 11 septembre 2001.

- Hum... 'Les attentats du 11 septembre' ? Hey, ça sonne bien !"

 

Jérémy Mahot nous explique donc avec humour noir et grinçant comment les grandes catastrophes et autres évènements historique sont longuement préparés par un groupe d'experts.

Ici, donc, il FALLAIT que ces avions se crashent, et ces "bons américains" devaient faire tout ce qui était en leur pouvoir pour que tout se déroule comme prévu.

Après tout, sans leur aide, comment les terroristes auraient pu passer les sécurités à l'aéroport, par exemple ?

5212_p.jpg

(cliquez pour voir en plus grand)

 

Le graphisme épuré et très sobre, tout en nuances de gris, laisse toute la place à la narration et à l'humour corrosif du récit.

Le choix est judicieux et le tout passe parfaitement à la lecture, rendant le tout fluide et agréable.

Le problème, en fait, c'est que j'ai l'impression que tout n'est que survolé. J'ai refermé ce livre avec plein d'interrogations, en ayant l'impression d'avoir manqué quelque chose, d'être passée à côté de plusieurs éléments.

Le sujet est bien trouvé, mais peut-être pas si bien traité que ça, au final. J'aurais apprécié voir une BD plus développée, avec plus d'explications, plus de révélations. Ici, j'ai une impression d'inachevé, comme si ce n'était qu'effleuré.

Cela donne un arrière-goût de trop peu et de déception à cet ouvrage qui partait pourtant avec d'excellentes bases et es qualités indéniables.

Je serais curieuse de voir un éventuel deuxième tome pour obtenir plus de réponses à mes questions.

 

On passe quand même un chouette moment, c'est une histoire à lire au deuxième (voir troisième) degré, amusante et intelligente, mais dont il ne faut pas non plus attendre un feu d'artifice d'émotions ou de déclarations.

Une sortie discrète mais qui devrait plaire aux amateurs d'humour noir et de secrets gouvernementaux.

 

Mille mercis à Delcourt pour cette lecture particulière et originale.

500px-Delcourt logo.svg

 

Commandez Le bureau des complots

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Graphique
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 17:07

Never-Sky.jpg

 

 

Auteur : Veronica Rossi

Éditeur : Nathan

Prix : 16,50 €

Résumé :

 

Bannie de l'univers protégé de Rêverie, Aria, 17 ans, sait que ses chances de survie à l'extérieur sont minces : sur les terres de l'Usine de la Mort, des orages électriques grondent, l'air semble irrespirable et des cannibales rôdent. Mais Aria croise le chemin de Perry, un "Sauvage". Il est sombre, il est hostile - mais il est son seul espoir de rester en vie.

Chasseur aux sens surdéveloppés, très adapté à ce monde du dehors, Perry ne voit en Aria qu'une fille fragile, comme toutes les "Sédentaires". Elle est cependant, peut-être, celle qui pourra l'aider.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Déjà quelques semaines avant sa sortie, ce livre faisait vibrer la toile. Par sa couverture, son résumé et son auteur qui a son p'tit succès aux US.

Toujours partante pur une dystopie, j'étais curieuse et excitée à l'idée de le commencer.

Alors, verdict ?

 

Aria vit dans Rêverie, avec une grande partie des autres Sédentaires. Ils ne connaissent pas la peine ou la douleur, et grâce à une coque qu'ils mettent sur leur oeil, ils peuvent virtuellement se déplacer où ils veulent, quand ils le veulent, dans des Domaines. Ce sont des endroits créés artificiellement, mais qui copient à la perfection le Monde d'Avant, les odeurs, les couleurs, les sons, etc ...

Quoi de mieux ?

Le problème, c'est que sa mère, scientifique envoyée dans un autre dôme, ne lui a plus envoyé de nouvelles depuis un moment, et elle s'inquiète de plus en plus à ce sujet.

Poussée par un copain ayant accès à une partie non surveillée de Rêverie, ils sont plusieurs adolescents à se rendre dans un endroit 100% réel, bourré d'adrénaline et d'excitation. Tellement que plusieurs d'entre eux ne se contrôlent plus, et c'est la catastrophe.

Plusieurs morts sont à compter, et Aria a tout enregistré sur son SmartEye, faisant d'elle un témoin très gênant.

Sa punition sera l'exil.

En dehors de ce dôme sécurisé, c'est le danger à chaque instant. Aria n'est pas habituée de vivre les choses "réellement", et elle se retrouvera vite en très mauvaise posture.

Le hasard fera qu'elle croisera la route de Perry, un Sauvage qui va garder la jeune fille comme monnaie d'échange.

Au fil de leur périple, ils apprendront à voir tout ce qu'ils peuvent s'apporter l'un et l'autre.

Mais entre les orages d'Ether, les cannibales et les différentes personnes à leur poursuite, qui peut savoir si ils arriveront à leur but respectif sains et saufs ?...

 

Bon, alors, il faut savoir que, en ce moment, je n'ai pas eu beaucoup de temps à moi pour lire. J'ai donc lu ce titre par à-coups, lentement, ce qui a, je pense, pas mal altérer mon plaisir et ma vision sur ce bouquin.

Gardez bien ça en tête pendant que vous lirez cette chronique, ça altère facilement un avis, malheureusement.

Hum, quand je dis ça, on a l'impression que je vais écrire un avis très négatif, non ?

Alors qu'en fait, j'ai beaucoup apprécié cette lecture pleine d'aventures et de rebondissements !

Disons que ce qui m'a déplu, au final, c'est que j'avais surtout l'impression de passer par des phases très excitantes où il se passait plein de choses, ou c'était intense et hyper prenant, et d'autres moments où je m'ennuyais presque, où j'avais du mal à suivre réellement le récit et où j'avais presque envie de sauter certaines passages.

Maintenant, est-ce à cause du livre ou à cause de moi qui ne passait pas assez de temps avec lui ? Je ne peux que vous conseiller de le lire vous-même pour vous en faire votre propre idée. 

 

Au début, j'ai eu du mal avec Aria. Pauvre petite chose fragile et constamment apeurée dont le seul atout est le chant, elle me faisait penser à une biche prise dans les phares d'un camion. Tout le temps.

Là où ça m'a étonnée c'est que, tout en gardant cette espèce d'innocence fragile, elle évolue, fait preuve d'une belle détermination, et arrive quand même à montrer beaucoup de force, et à donner envie à ce qu'on la serre très fort dans ses bras en lui disant bravo, qu'elle a fait un super boulot, cette pitchoune.

De un peu énervante, naïve et faiblarde, elle est devenue très attachante, motivée et pleine d'ambition.

Une évolution comme ça, il faut le faire ! Surtout qu'elle est fluide et crédible, franchement, chapeau à l'auteur.

Perry par contre, je l'ai directement apprécié. Homme fort et doté de certains dons extraordinaires, il vit dans l'ombre de son grand frère, chef de clan, et n'a d'yeux que pour son neveu malade pour qui il donnerait sa vie.

Un parfait mélange de virilité, d'intelligence, de douceur, de courage et, bien entendu, d'écorchures intérieures qui le rendent encore plus attirant.

Il aura un rôle très important à jouer dans l'évolution d'Aria, et leur relation en elle-même est très réaliste et de se développe également naturellement, à son rythme.

Avec Roar, le meilleur ami de Perry qui m'a beaucoup fait rire et m'a également totalement séduite, et Cinder, l'enfant sorti de nulle part avec son pouvoir effrayant, on a une palette assez incroyables de visages tous fascinants.

J'ai adoré la gestion des personnages, toutes leurs particularités, les dialogues, comment ils deviennent, ... tout ! Il n'y a pas un seul élément que je n'ai pas aimé à leurs sujets.

 

C'est un roman original, entre dystopie, science-fiction, romance fantastique, quête initiatique et aventure. Mon seul regret est qu'il contient certains passages plus lents, ou avec trop d'éléments à assimiler d'un coup (ou alors c'est juste moi qui ai une minuscule capacité d'absorption à ce niveau-là ).

À part ça, j'ai vraiment passé un super moment.

Veronica Rossi nous offre un monde dur plein de dangers, extrêmement riche et coloré, avec des personnages aux dons particuliers et avec des intrigues bien ficelées. Elle sait également bien doser ses effets, et que ce soit les scènes assez "classiques" ou celles plus fantastiques, elle arrive à leur donner une crédibilité naturelle parfois désarçonnante.

Voilà une série dystopique qui fera sans aucun doute parler d'elle !

Trouvez ce premier tome chez votre libraire à partir du 13 septembre 2012.

 

Mille mercis à Nathan pour cette découverte pleine d'aventures et d'action, avec une bien belle romance en prime.

logo nathan

D'autres avis chez Ilnyak1pas, Liliebook, Tiboux, Karline05, Mycoton32, Belledenuit, Petit-lips et Naminé.

 

 

Commandez Never sky tome 1

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Dystopie
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 14:36

La-Trace.jpg

 

 

Auteur : Christine Féret-Fleury

Éditeur : Hachette Jeunesse (Black Moon)

Prix : 15 €

Résumé : 

Elles sont trois dans cette voiture qui fonce, d'un océan à l'autre, vers la côte Ouest des Etats-Unis. Au volant, Sarah. Sarah qui avait tout pour être heureuse. La beauté. Le talent. Un fiancé de rêve.

Sarah qui a pris la fuite, le matin de son mariage.

Pourquoi ? Qu'est-ce qui terrorise à ce point Sarah ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Petit livre étiqueté thriller jeunesse, j'étais assez curieuse de découvrir ce qu'il contenait, surtout au vu des avis plus que mitigés qui ont fleuris sur la toile.

Au final, ce qui m'a fait lire (et terminer) ce titre, c'est qu'il est assez court et qu'il se lit très facilement. Ce n'est pas vraiment son contenu qui sera gravé dans ma mémoire à jamais ...

 

Sarah va se marier à Adrian, l'homme de sa vie. Cela va être le plus beau des jours pour elle.

Jusqu'à ce que quelque chose tourne mal, et elle n'arrivera jamais jusqu'à l'autel. Fuyant vers une voiture, elle se sera suivie par sa jeune cousine Rebecca, et sa grand-mère Lavinia.

Elles ont toutes les trois quelque chose à fuir, quelque chose à cacher, quelque chose à retrouver.

Y arriveront-elles sans encombres ?

 

Mouais, bof, sans plus. Voici les mots qui me viennes en tête quand je pense aux premières impressions que m'ont laissé ce bouquin.

En fait, je crois qu'au final l'auteur s'est un peu égarée ne chemin. Je pense qu'elle a voulu faire un récit riche et complet, qui ne s'arrête pas seulement à un genre mais arrive à en exploiter plusieurs. Le problème étant que le résultat n'est pas probant : tout se mélange, on ne s'attarde sur rien en particulier, et on n'arrive pas réellement à "fixer son esprit" sur l'histoire.

On a d'abord l'aspect thriller, avec la femme qui s'échappe d'une menace planant au-dessus d'elle et essayant de fuir un danger. Accompagnée d'une cousine qui lui en veut, et d'une grand-mère qui révèle sa vraie personnalité au grand jour, ça aurait pu super bien donner. J'ai même pensé à un moment à Rose Madder, de Stephen King (mon favoris), c'est dire !

Mais la sauce ne prend jamais vraiment, et on s'égare avec une sorte de road-trip un peu cheap, mélangé à de la quête initiatique et à de la recherche de soi très vite expédiée.

Il y a un peu de révélations qui sont faites à la va-vite et rien ni personne n'est vraiment développé.

 

Il me semble que c'est vraiment ça le gros problème de ce livre, c'est que l'on ne s'attarde sur rien, que tout est pris à la légère, et que tout est expédié en un temps record.

Le suspens n'a pas le temps de s'installer car le ton est trop "spirituel" et l'histoire se penche trop sur les trois femmes dans la voiture et sur leurs désirs, leur vie, ce qu'elles sont réellement, etc ...

On pourrait dire que, du coup, ça peut être sympa cette part philosophique sur fond de "traque".

Ha mais oui mais non, parce que même cet aspect n'est pas proprement développé. Tout se mélange constamment, sans vraiment s'attarder sur un élément en particulier.
C'est assez frustrant et, maintenant que je l'ai terminé, j'ai même du mal à vraiment expliquer de quoi parlait ce récit.

Il y a tellement d'éléments qui paraissent insignifiants, que le rendu final est vide et plein de trous.

C'est dommage, car avec un scénario et une idée de base pareille, l'auteur aurait pu nous offrir quelque chose d'intense et prenant.

Au fond, on s'ennuie un peu et on est fort détachés aussi bien de l'histoire que des personnages, l'un comme l'autre superficiels.

 

Mille mercis quand même à Hachette pour cette découverte.

partenariat-LA

D'autres avis chez Tchoups, Seelie, Yumiko, Liliebook, MyaRosa, Petit-lips, Cajou, Melisende, Bookenfolie et Simi.

 

Commandez La trace

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Thriller
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 18:14

9782732449265

 

 

Will et Mab n'auraient jamais dû se rencontrer. Mais la magie du sang en a décidé autrement ...

Mab a hérité des pouvoirs de sa mère et, pour elle, la magie du sang, qui permet de donner vie aux objets inanimés, n'a aucun secret.

Mais un jour, un sort lui échappe et contamine Will, un jeune et bel inconnu qui devient la proie d'une terrible malédiction.

Dès lors, les deux adolescents sont liés par le destin et les dons de Mab sont mis à rude épreuve.

Devra-t-elle aller jusqu'au sacrifice pour sauver leur amour naissant ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Blood Lovers est une histoire absolument fascinante, qui m'a transportée et m'a fait rêver, surtout grâce à sa magie du sang, pleine de cette saveur de conte de fées.

Tessa Gratton possède un don indéniable et fait valser les mots, créant une ambiance unique et particulière. Séduisante.

Je suis on ne peut plus ravie de pouvoir vous proposer, en partenariat avec les Éditions La Martinière Jeunesse, trois exemplaires de Blood Lovers à gagner !

Capture d¹écran 2012-08-31 à 16.11.07 (1)

La Martinière Jeunesse vient de m'annoncer que chaque gagnant se verra également offrir une superbe besace Blood Magic ! (Et je peux vous assurer qu'elle est magnifique, j'en possède une moi-même).

Si ça c'est pas un super lot ! Mille merci La Martinière !

 

Et pour cela, rien de plus simple :

 

Répondez aux questions et envoyez-moi vos réponses et vos coordonnées à archessia@gmail.com (avec comme titre "concours Blood Lovers" ) avant le mercredi 12 septembre à minuit.

Le tirage au sort sera effectué le jeudi matin, et le résultat sera publié à ce moment-là.

Les envois seront limités à la France et la Belgique.

 

Un minimum de politesse est demandé, s'il vous plaît. Je ne demande pas des courbettes ou mille formules alambiquées    Sachez juste que les mails ne contenant QUE la réponse et les coordonnées ne seront pas pris en compte, tout simplement.

 

Vous pouvez obtenir des chances supplémentaires en :

- relayant ce concours sur Facebook [+1]

- relayant ce concours sur Twitter [+1]

- relayant ce concours sur votre site/blog [+1]

- relayant ce concours sur Google + [+1]

- likant ma page sur Facebook   [+1]

 

Maintenant, les questions :

 

- Combien de pointes a l'étoile sur le poignet de Mab ? (Indice)

- Pour moi, quelle magie possède Tessa Gratton au bout de doigts ? (Indice)

 

A vos claviers, et je vous dis à dans deux semaines pour le tirage au sort !

 

Bonne chance à tous !

 

Les gagnantes sont :

 

Sophie M. (36400)

Emmanuelle S. (38340)

Marie M. (61300)

 


Félicitations à elles, merci à tous les participants et à très bientôt pour de nouveaux concours !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Concours
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 10:37

1208-attachement_org.jpg

 

 

Auteur : Rainbow Rowell

Éditeur : Milady (Romance)

Prix : 7,90 €

Résumé :

 

Le coup de foudre est possible, même avant le premier regard !
1999. Lincoln, gentil geek aux faux airs d’Harrison Ford, travaille dans une entreprise où son rôle consiste à contrôler les e-mails des employés. C’est ainsi qu’il parcourt les échanges de Jennifer et de Beth, deux copines aussi drôles et imprévisibles qu’attachantes.

Sans même l’avoir vue, Lincoln va tomber amoureux de Beth. Mais comment lui déclarer sa flamme sans passer pour un fou ? Surtout que la jeune femme semble avoir un faible pour un « inconnu » qui travaille dans le même immeuble…

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Depuis que Milady a lancé sa collection Romance, je voyais la toile s'affoler à propos des titres de celle-ci. J'hésitais à chaque fois, étant un peu froide à l'idée de me lancer dans quelque chose de 100% romantique et ayant tous les clichés de type "vieux Harlequin" en tête.

Quand j'ai lu le résumé de Attachement, je me suis dit que c'était peut-être le moment de me lancer, trouvant mignonne et originale cette histoire de gentil petit geek-mignon-mais-qui-s'ignore.

Qu'est-ce que je suis contente d'avoir sauté le pas !

 

Bien entendu, en lisant le quatrième de couverture, on SAIT comment tout ça va finir, et certaines lignes du scénario sont grosses comme des maisons. On voit certaines scènes arriver pas mal de temps à l'avance.

Mais vous savez quoi ? On s'en fiche com-plè-te-ment.

Le véritable intérêt ici se situe dans les personnages et surtout dans Lincoln et son évolution. C'est celle-ci qui est un délice à suivre.

Nous rencontrons d'abord un jeune homme de 28 ans, un peu gauche, vivant chez sa mère, ayant traîné des années dans les études, ne sachant pas vraiment quoi faire de sa vie et ruminant sans cesse les blessures d'une ancienne rupture.

Sans être au bord de la dépression, sa vie est quand même bien morne et grise.

Son nouveau boulot le conforte dans cette idée : il doit surveiller les mails que les employés s'envoient au sein d'un Journal. Cette tâche lui prend une vingtaine de minutes ... sur les 8h de la nuit.

Au fil du temps, il remarquera des mails qui se détachent des autres, ceux que deux collègues et amies, Beth et Jennifer, s'envoient régulièrement. Il ne pourra pas s'empêcher de trouver ces échanges drôles, piquants, intelligents et furieusement intéressant. Ces instants finissent par devenir ses seuls petits bonheurs au quotidien.

Alors qu'il se demande comment il pourrait se dépêtrer de cette situation (arrêter de lire ? Aller les trouver ? Continuer ?), Beth raconte à Jennifer qu'elle a vu un homme qui lui plaisait dans les couloirs du Journal ...

 

À première vue, en commençant ce bouquin, je me disais que j'allais passer un bon p'tit moment qui s'annonçait frais et léger.

Mais de là à ce que cette lecture se transforme en coup de coeur bourré à craquer d'humour, de superbes images et d'une foule d'émotions ? Là, je ne m'y attendais pas.

Car tout est là pour nous faire passer de merveilleux instants :

- De la romance légèrement cliché mais qui fonctionne parfaitement, sans être niaise ou trop sirupeuse. Le fait que le héros soit un homme change pas mal, c'est  assez déstabilisant d'avoir un point de vue purement masculin sur une histoire d'amour comme ça. Les sentiments ne font que se deviner, au début, et ils évoluent harmonieusement et naturellement au fil du récit, jusqu'à ce qu'ils nous enveloppent entièrement de leur force et leur beauté.

- Des personnages hyper attachants. Lincoln a un peu le profil type du "looser mais pas trop non plus". Il pourrait nous énerver par son inertie, et pourtant il arrive à décrocher notre sympathie en un sourire, en une réplique. Les copines Beth et Jennifer, bien qu'on ne les connaisse uniquement que par leurs échanges de mails, sont hilarantes, pleines d'énergie, de vitalité, elles sont intelligentes et légèrement acides, qui peuvent autant se montrer "langues de pute" que les meilleures amies du monde.

À côté, il y a également la mère de Lincoln, ô combien irritante mais pleine de bons sentiments. La soeur du jeune homme, un peu agressive mais uniquement par amour pour lui. Et les copains de Donjons & Dragons, un peu débiles mais soudés et potes de la première heure.

- Des rebondissements, des vrais. Bien sûr, la plupart, on les voit venir et on ne sera pas vraiment surpris par ceux-ci. Mais certains m'ont réellement étonnée, et il y a même un passage, bouleversant, ou j'ai du arrêter ma lecture, le souffle court, pour pleurer un peu.

En fait, jamais je n'aurais pensé tomber sur un livre si riche, intelligent, pertinent et addictif.

 

C'est ça qui m'a le plus étonnée, au final.

Ce n'est pas qu'un petit livre mignon, c'est bien plus que ça. Bien sûr c'est adorable, frais et léger. Mais c'est également mouvementé et émouvant, extrêmement touchant.

Plus on apprend à connaître Lincoln, Beth et Jennifer, plus on les aime et on a envie de passer du temps avec eux. Je me suis incroyablement attachée à eux trois, et je n'aurais pas cru qu'un petit livre de romance me touche autant, me fasse à ce point-là autant d'effets.

C'est un énorme coup de coeur, que je ne peux que vous conseiller. Et si ce n'est que le premier livre de l'auteur, alors je réclame à corps et à cris ses titres suivants !

Rainbow Rowell a une écriture colorée et émouvante, visuelle et chantante, qui peut nous arracher tout aussi facilement un éclat de rire qu'un sanglot. C'est beau, tout simplement.

Attachement est définitivement un titre à posséder dans la bibliothèque !  

 

Milles mercis à Milady pour cette découverte sous le signe de l'étonnement et de l'enchantement !

milady

Commandez Attachement

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Romance
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 13:00

9782732449265.jpg

 

 

Auteur : Tessa Gratton

Éditeur : La Martinière Jeunesse

Prix : 16,50 €

Résumé :

 

Will et Mab n'auraient jamais dû se rencontrer. Mais la magie du sang en a décidé autrement ...

Mab a hérité des pouvoirs de sa mère et, pour elle, la magie du sang, qui permet de donner vie aux objets inanimés, n'a aucun secret.

Mais un jour, un sort lui échappe et contamine Will, un jeune et bel inconnu qui devient la proie d'une terrible malédiction.

Dès lors, les deux adolescents sont liés par le destin et les dons de Mab sont mis à rude épreuve.

Devra-t-elle aller jusqu'au sacrifice pour sauver leur amour naissant ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

J'avais été enchantée par Blood Magic, le premier titre de Tessa Gratton mettant en avant la magie du sang. Ce fut donc une joie pour moi de voir arriver la suite si vite !

Enfin, "suite" entre guillemets.

En effet, nous prenons le même décorum de base : la magie du sang et comment elle lie les gens entre eux. Mais nous n'avons pas les mêmes personnages ni les mêmes histoires.

 

Ici nous rencontrons Mab, qui évolue dans la magie du sang depuis sa naissance, grâce à sa mère qui fut une grande sorcière.

À la mort du Diacre (sorcier puissant qui aide tous les autres), elle est choisie pour le remplacer, ce qui est une énorme responsabilité, mais dans laquelle elle se sent à l'aise, naturelle.

Alors qu'elle crée un être de terre et de magie pour "faire parler" des rosiers touchés par une malédiction, elle perd le contrôle de celui-ci qui s'échappe dans la forêt.

Will était près du lac avec ses chiens, ressassant un épisode qui l'avait marqué, quand il vit débouler une étrange créature. Se faisant attaquer par celle-ci, il ne devra sa survie qu'à de bons réflexes et une excellente intuition.

Cet évènement va lier Mab et Will d'une façon unique, mêlant l'horreur et la mort à la beauté et l'amour.

 

Wow ... c'est Tessa Gratton qui a véritablement de la magie au bout des doigts. Celle des mots.

J'ai été emportée dès les premières pages par l'ambiance si particulière de ce titre. Pesante et mystérieuse, on y pénètre à pas feutrés. J'avais l'impression de "lire sur la pointe des pieds", car je ne voulais pas déranger ou bousculer les scènes qui s'épanouissaient devant mes yeux.

Il y a une poésie dans ces phrases, dans les descriptions, aussi bien des personnages et de leurs façons d'être que dans les décors. C'est juste magnifique.

J'adore l'équilibre parfait de ce récit, constamment entre la noirceur et le danger des sombres évènements qui sont tapis en attendant leur heure, et la beauté de la magie, de laquelle peut jaillir la vie et l'amour.

On a ici un superbe mélange entre une romance fantastique bouleversante et vertigineuse, et un thriller paranormal stressant et même effrayant, par moments.

Cela doit être un sacré challenge d'écrire un tel bouquin, et l'auteur s'en est sortie comme une reine, nous livrant un véritable bijou on ne peut plus touchant.

 

Bien sûr, une histoire, même très bonne, n'est rien sans d'excellents personnages.

Ici aussi on est largement servis, et en beauté !

Ce sont donc Mab et Will qui s'occupent alternativement de la narration. j'adore vraiment ce système, qui nous rapproche énormément des protagonistes. On sait ce que l'un pense de l'autre, on connaît toutes leurs émotions et leurs ressentis. Une véritable immersion dans les têtes et les coeurs de l'un et l'autre, j'adore.

Mab est une jeune fille rêveuse, faisant corps avec la magie et la nature. Elle a un côté un peu hippie très séduisant, et on a souvent envie de sourire quand c'est elle qui parle, tellement il y a d'énergie et de joie de vivre qui se dégage d'elle;

Will est un garçon qui ne sait pas trop où aller. Venant d'une famille de militaire et ayant perdu un de ses grands frères il y a un an, il est perdu et se sent assez seul.

La rencontre de ces deux-là va tout secouer pour l'un comme pour l'autre, et indirectement, ils seront chacune une solution pour l'autre.

C'est extrêmement beau, totalement grisant avec toujours cette touche de drame et de dangers. Car la magie peut être réellement nocive quand elle est utilisée à mauvais escient.

D'ailleurs, en ce qui concerne la magie, nous avons un troisième narrateur, s'imposant par moment dans le récit. Il nous racontera le passé de l'ancien Diacre, et nous révélera certains secrets que les lieus gardent enfouis depuis ben longtemps ...

 

J'ai savouré ce livre, la moindre de ses pages étant délicieuse.

Comme je l'ai dis plus haut, j'ai particulièrement aimé l'ambiance, unique et pleine de mystères.

Le rythme du récit est, par ailleurs, assez lent au début. Tout est dans la douceur, la découverte, la volupté, les sensations. Il y a quelque chose de lascif et de sensuel dans la plume de Tessa Gratton.

Passé les trois quart du bouquin, on se rapproche de beaucoup de réponses, et la tension monte d'un cran, le rythme s'accélérant et l'histoire gagne en gravité et en intensité, jusqu'à l'explosion finale. Mais pour qui sera-t-elle fatale ?

 

C'est un roman superbe, aux personnages incroyables et à l'ambiance particulièrement savoureuse.

Je me suis perdue dans ses pages avec délectation, et je rêve déjà de pouvoir lire encore d'autres oeuvres de cette talentueuse auteur.

Foncez ! Et oubliez les vampires ! L'appel du sang n'a jamais été aussi fort que pour la magie.

 

Mille mercis à La Martinière Jeunesse pour cette merveilleuse évasion.

logo martiniereJfiction (1)

Commandez Blood lovers

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Fantastique
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 22:30

Couverture_On_ne_peut_pas_lutter_contre_le_systeme.jpg

 

 

Auteur : J. Heska

Éditeur : Seconde Chance

Prix : 13,59 €

Résumé :

 

Le système financier mondial vient de s’écrouler. Il ne s’en relèvera pas, plongeant toute une civilisation dans le chaos. Lawrence Newton a accepté sa destinée. Il a renoncé à ses espoirs, à ses convictions, et à l’amour de sa vie pour suivre les traces de son père au sein du consortium HONOLA.

Samson Bimda est le chef d’un village au nord de l’Ouganda. Les semences OGM vendues par la compagnie ruinent ses champs et ne lui permettent plus d’assurer sa subsistance.

Clara, Hakim et Louise sont trois militants au sein du mouvement écologiste GreenForce. Au hasard d’une de leurs actions, ils tombent sur des documents compromettants qui vont les dépasser.

À la veille du plus grand sommet européen déterminant l’avenir de millions de personnes, chacun doit défendre ses intérêts, quitte à en payer le prix le plus lourd.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Après son premier roman, Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, j'attendais avec curiosité, impatience et un peu de crainte le nouveau titre de J. Heska.

Quand il m'a proposé de participer à son opération livre voyageur, impossible de refuser, donc !

Par contre, passer d'un livre contemporain optimiste, rafraîchissant et drôle, à un thriller économique haletant et extrêmement dense, est-ce possible ?

 

Le quatrième de couverture nous expose les grandes lignes de l'histoire sans trop nous en dévoiler, j'aime.

Mais il ne montre en rien à quel point ce roman est puissant, lourd et stressant.

Honnêtement, ce genre de sujet n'est vraiment pas ma tasse de thé, je me demandais d'ailleurs si ma lecture allait se dérouler sans encombres. Pour tout vous avouer, cela n'a pas été le cas.

Non pas car je n'ai pas aimé, que du contraire ! Uniquement à cause de la densité du récit. Aux trois quart, j'ai eu besoin d'une pause, d'une bouffée d'air frais. Le temps de lire un livre et je me suis replongée dans la suite, que j'ai avalée presque d'une traite.

Mais bon sang, comment je vais bien pouvoir vous parler de ce bouquin ?! Il y a tellement d'éléments que j'ai envie d'aborder, de mettre en avant. Mais le faire sans vous spoiler est tout bonnement impossible, alors on va essayer d'y aller doucement, hein.

 

Déjà, ce que j'ai absolument adoré, c'est la facilité déconcertante à laquelle je me suis attachée à certains personnages, ou à quel point j'en ai détesté d'autres.

Franchement, J. Heska nous livre des personnages tellement vivants, tellement réels, qu'il nous mène par le bout du nez exactement à l'endroit, et de la façon dont il veut le faire depuis le début. Entre les mains de cet auteur, nous ne sommes qu'un pantin désarticulé se laissant brinqueballer dans les flots de sa plume.

Comme je l'ai dis plus haut, c'est un livre assez lourd, pesant, très, très dense. Il y a beaucoup de termes techniques, de jargon financier ou scientifique, et beaucoup d'éléments, d'évènements et de personnages à prendre en compte. Il y a tellement de ficelles qui relient tout et tout le monde que l'on se croirait pris dans les fils d'une toile d'araignée.

Et bien malgré ça, j'ai pu poser un visage sur chaque personne. Chacune d'entre elles. Et ça, pour moi, c'est vraiment un exploit, moi qui me mélange toujours les pinceaux et ne retient que rarement les noms des protagonistes, films ou livres.

Mais chaque personne est tellement vibrante de réalisme et de crédibilité, c'en est bluffant. Il y a des intonations différentes pour chacune d'entre elles, une gestuelle, des habitudes, des tics de comportement, etc ...

J'ai rarement vu un tel soucis du détail sans pour autant plomber l'ambiance ou le rythme.

Je crois que c'est réellement ça le gros point fort de ce livre, et au fond, celui de l'écriture de l'auteur.

 

Ensuite, ce que j'ai trouvé complètement renversant, ce sont ces fils, mentionnés plus haut, qui relient les gens et les évènements.

C'est vertigineux, la façon dont ils sont posés, agencés et ensuite comment l'auteur joue avec, de la même façon qu'il joue avec notre esprit et nos nerfs.

Lire ce livre ou regarder un excellent thriller sacrément bien foutu, ça revient presque à la même chose. La tension est là, le stress étant prédominant, les révélations ne se dévoilant qu'au compte-gouttes, pour atteindre un véritable maelström  d'informations dans les dernières pages.

Essayer de deviner, et de saisir tous les détails qui se déroulent sous nos yeux, est un exercice assez périlleux, fatigant mais amusant. Mais alors, quand à la fin, tout nous est révélé, les moindres points d'ombres enfin éclaircis, c'est limite miraculeux.

Si vous me permettez l'expression, j'en suis restée sur le cul.

J'étais tout simplement bouche bée, avalant un flot d'informations et de révélations que je n'aurais jamais pu soupçonner. Jamais je n'aurais pu imaginer un tel degré de machinations. Fascinant, à donner le vertige.

 

J. Heska nous montre ici qu'il aime jongler, aussi bien avec les genres, les codes ou nos émotions, et qu'il le fait bien. On ne peut pas écrire un livre pareil, et le mener de cette façon, sans passion. Celle-ci est indéniablement présent, comme elle l'était pour son premier titre.

Qui aurait cru que je me passionnerais pour les crises et les malversations financières ?

Un livre que je ne peux que conseiller aux fans de l'auteur, aux curieux, aux amoureux des thriller bien ficelés, ou à ceux qui ont envie d'élargir leur horizon littéraire.

Respirez un bon coup, tendez la main et ayez confiance. C'est J. Heska qui vous guide.

 

D'autres avis chez Petite Fleur, Eulimène, Marmotte, bouquinovore, Aveline, Nathalie, Paikanne, StellaBloggueuse et Iluze.

 

 

Commandez On ne peut pas lutter contre le système

 

Commandez On ne peut pas lutter contre le système (ebook)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Thriller
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 15:23

9782280265614.jpg

 

 

Auteur : Katie McGarry

Éditeur : Harlequin (Darkiss)

Prix : 14,10 €

Résumé :

 

Echo. Noah. Chacun a vécu un drame. Chacun y survit à sa façon. Echo s'efforce de revenir à la vie "normale"; Noah, au contraire, ne fait plus confiance au "système" et accumule les provocations. Ils pourraient se haïr, tant ils sont différents. Pourtant, le hasard va les rapprocher. Les obliger à chercher qui ils sont vraiment. Ils vont s'aimer. Des sentiments si purs qu'ils les réconcilieront avec les autres. Et surtout avec eux-même.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de Darkiss. Ce titre, qui récolte pas mal d'avis positifs et enjoués, fut une superbe occasion de me replonger dans cette collection.


Echo était une jeune fille populaire, avant. Mais un drame horrible a fait que maintenant, elle cache de grosses cicatrices à ses bras, ne dort presque plus et a perdu son caractère social et solaire.
Noah est le type même du délinquant comme on en voit partout : tatoué, désinvolte, fumant joint sur joint et s'en foutant de l'école. Sa vie a dérapé le jour où ses parents sont morts dans un incendie et que lui et ses deux jeunes frères ont été séparés et placés dans des familles d'accueil.
Chacun se voit assigné des séances avec la nouvelle psy de l'école, et ils seront amenés à se croiser régulièrement devant ce bureau. Se détestant d'abord, ils vont s'allier pour chacun trouver des réponses aux questions qui leurs tiennent le plus à coeur.
Ils apprendront énormément l'un sur l'autre, et finiront par mieux se comprendre eux-même, à travers le regard de l'autre.


Je dois dire que, en débutant ce livre, j'ai trouvé cette histoire somme toute assez classique. Ça fleurait bon les Roméo et Juliette modernes, avec une touche de drame un peu plus violent.
Cela dit, plus j'avançais dans les chapitres, et plus j'apprenais à connaître Echo et Noah, plus je me rendais compte que ce récit était complexe, intense, riche et réaliste.
Ce que j'ai le plus aimé, d'ailleurs, c'est à quel point les apparences peuvent être trompeuses. On se fait très rapidement une idée sur ces deux personnages, leur vie et leur entourage, et pourtant, on découvre petit à petit que l'on avait tout faux, et qu'il y a énormément de zones d'ombres, de non-dits, d'idées fausses. Rien n'est manichéen, et c'est quelque chose que j'adore particulièrement.
C'est d'ailleurs, pour une romance, un livre très sombre, teinté de violence, de démons intérieurs et de tragédies. J'ai été étonnée de trouver ici un récit mêlant avec tellement d'habileté justement, la crédibilité des personnages et de leurs actions, et les évènements durs et noirs par lesquels ils passent ou sont passés.
C'est assez bluffant, et j'ai dévoré ce bouquin avec avidité.


J'ai trouvé que Echo et Noah étaient extrêmement attachants, et le fait que le narration passe de l'un à l'autre d'un chapitre à l'autre est une des raisons pour lesquels ils deviennent très proches du lecteur. Un procédé très bien utilisé ici, les transitions se font très facilement, avec beaucoup de fluidité.
J'ai toujours pensé que, si ceux-ci étaient bien décris, les malheurs arrivant aux héros nous les rendaient plus "sympathiques". Ce titre en est une excellente preuve, à aucun moment je me suis ennuyée, ou une personne m'a énervée. Ce ne fut que du plaisir du début à la fin.
Le fait, également, que le langage n'hésite pas à être parfois plus vulgaire ou "urbain" rajoute à la crédibilité des personnages. Ce n'est qu'un détail, mais je trouve qu'il a son importance, ici, et qu'il rajoute de la couleur, de la profondeur au récit.


Ce n'est pas évident de vous parler complètement de ce livre sans vous spoiler, car il y a énormément de secrets dans les vies de notre petit couple, et même entre eux. Un des grands plaisirs de cette lecture étant de les découvrir au fur et à mesure, cela serait une honte de le gâcher.
Mais franchement, jamais je ne me serais attendue à avoir autant de surprises et à ressentir autant d'émotions fortes.
Je me suis retrouvée à pleurer plusieurs fois, totalement anéantie devant certaines situations ou certaines réactions. Celles-ci sont d'un réalisme et d'une intensité que je n'aurais jamais soupçonnée, pour mon plus grand bonheur, évidemment (oui, si je pleure toutes les larmes de mon corps devant un film, un livre, etc ..., c'est un gage de qualité).
Je ne peux que conseiller cette superbe histoire, qui n'est pas sans rappeler, au fond, certaines de Simone Elkeles, par exemple, mais avec une dose de violence et d'angoisse en plus.
Un livre poignant, extrêment dur et touchant, avec une romance bouleversante et superbement lumineuse dans un décors où tout semble si sombre.

Je suis conquise.

 

D'autres avis chez Anne-C, Titisse, Matoline, Galleane, Poison et Lulai.


Commandez Hors limites

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Archessia - dans Romance
commenter cet article

C'est Moi Que V'là

  • : Les mots d'Archessia
  • Les mots d'Archessia
  • : Chaque lecture, qu'elle soit livresque, BD-esque, manga-esque ou autres mots avec esque derrière, a droit à un avis avec plein de mes émotions dedans. Avec de vrais morceaux de tripes (miam), de larmes et de fous-rires.
  • Contact

Suivez moi

logo-facebook.jpg

 

http://www.wikio.fr

Fouillez Dans Le Blog

Mes défis

Vous me trouverez là

logo4

http://www.libfly.com/public/images/logo-libflybis.gif

Wikio - Top des blogs - Littérature

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Archessia sur Hellocoton

Mes fournisseurs de rêves

56547434.jpg

monde manga akata

Bayard-Jeunesse1

Editions-Mango.jpg

JC-Lattes

partenariat-LA.jpg

logo martiniereJfiction (1)

milady

167393 158310624217059 158310477550407 304906 621801 n

Logo.jpeg

logo_nathan.jpg

logo-plon.gif

226582 200723769971150 195864473790413 530993 1388427 n

313668_201249833289112_196087323805363_432024_1020967011_n.jpg

174866 112915142131742 6678647 n

Logo-Albin-Michel-Wiz.jpg

 

Trions Tout Ça

 

 

bonial – prospectus et catalogues des magasins à proximité pour moins de co2